Une petite galerie du Louvre

Retour au Louvre en ce début d’année nouvelle, ma dernière visite date d’une éternité, au moins de l’année dernière. Les données Exif de mes photos m’indiquent que c’était le 19 décembre. Trois semaines donc ! La semaine dernière, nous avions failli venir y saluer quelques vielles connaissances mais à la vue des files de touristes s’enroulant autour de la pyramide, nous avions renoncé tout en nous réjouissant de leur retour après les tragiques événements qui ont endeuillé la capitale.

Mais en ce samedi 9 janvier 2016, le musée est  à nouveau quasiment désert, enfin désert comme peut l’être le Louvre un jour d’ouverture.

logo-article

J’en profite donc pour flâner comme d’habitude : aujourd’hui c’est l’aile Richelieu, et encore tout juste le rez-de-chaussée et le deuxième étage, les sculptures françaises et la cour Khorsabad, puis les peintures de l’Europe du nord. Du nooooooord ! Bon ! pour l’hommage à Michel Galabru, c’est fait.

Assez de baratin, place aux images dans une petite galerie organisée par étage.

Au rez-de-chaussée, les Cours Puget et Marly, une petite visite aux pleurants du tombeau de Philippe Pot, puis les antiquités mésopotamiennes.

Le temps passe vite à baguenauder ainsi. Il est temps de rejoindre ma copiste préférée au second étage. Pour ceux qui n’ont pas les lieux en tête, le premier étage est consacré aux objets d’art et aux appartements de Napoléon III. Je file jusqu’en haut des escalators, puis tout droit et à gauche vers les peintures du Nord.

Tiens ! la salle 4 est occupée par une nouvelle collection, celle des panneaux des Hommes Illustres de la collection du Duc d’Urbino.

Il est l’heure pour la copiste de ranger ses affaires et de quitter son bureau. Après avoir rangé le chevalet, le tabouret et la boîte à outils dans la réserve, nous faisons un petit détour par le rez-de-chaussée, car nous avons un ou deux trucs à voir 😉

Il fait beau, on ne va pas retourner s’enfermer dans les sous-sols du métropolitain. Retour rive gauche en traversant le pont du Carrousel. Vivement qu’on revienne.

IMI_5702
La passerelle des Arts devant l’île de la Cité