Delacroix et Silvestre au Louvre

Depuis le mois de mars, Le Louvre propose deux expositions très contrastées, la première sur Eugène Delacroix, peintre dont la renommée n’est plus à faire, la seconde sur Israël Silvestre, dessinateur et graveur, dont les dessins n’ont jamais été présentés au public.

La suite en images.

exposition Eugène Delacroix

Continuer la lecture de « Delacroix et Silvestre au Louvre »

Rome éternelle

Lors de ma dernière visite au Louvre, j’ai regardé de plus près les peintures de Giovanni Paolo Panini (ou Pannini). C’est un artiste baroque italien du 18ème siècle, qui a peint beaucoup de vues réelles ou imaginaires de Rome et de ruines antiques.

J’ai notamment photographié son tableau Le Cardinal Melchior de Polignac visitant Saint-Pierre de Rome dont le cartel précise qu’il a été commandé à Pannini par le cardinal de Polignac, ambassadeur de France auprès du Saint-Siège (1724 – 1732), à l’occasion de la naissance du Dauphin, fils de Louis XV, en 1729.

Giovanni Paolo Panini – Le cardinal Melchior de Polignac visitant Saint-Pierre de Rome – 1730

J’adore faire des comparaisons avant/après et, comme nous avons visité Saint-Pierre de Rome il y a quelques mois, j’ai fait le rapprochement. Les angles de prise de vue ne correspondent pas exactement mais on peut cependant constater qu’en près de trois siècles, le décor n’a pas beaucoup évolué. La preuve en images.

Continuer la lecture de « Rome éternelle »

Le copiste distrait

Il est bien distrait, ce copiste au Louvre : il a tout oublié chez lui, son matériel et même sa tête (sa mère le lui disait tout le temps …).

Mais ce n’est pas grave, le Louvre a envoyé la toile dans les Émirats, il n’y a plus rien à copier.

Avant ce nouveau concept d’accrochage – le cartel en place nous invite à admirer le cadre … vide – il y avait un Pierre Paul Rubens, Thomyris, reine des Scythes, fait plonger la tête de Cyrus dans un vase rempli de sang. La preuve en image.

© Musée du Louvre/A. Dequier

Mais ça, c’était avant …

Des musées, des expositions

On aura noté que j’ai parfois des révélations quand je visite des musées, signe que leur fréquentation nourrit ma culture artistique qui en a bien besoin. J’avais à cette occasion annoncé un article sur l’exposition Bourdelle et l’antique qui m’a bien plu.

Mais depuis la visite du musée Guimet et mon voyage dans les paysages japonais, j’ai foulé les parquets d’une bonne dizaine d’autres temples du savoir  pour presqu’autant d’expositions. Et je ne compte pas le muséum national d’histoire naturelle et ses différentes galeries (article à venir) ni le MNBAQ et le musée de la civilisation de Québec (racontés par ici).

Bref, à raison d’un article par visite, j’en ai pour plusieurs semaines à tout narrer, ce qui ne colle pas avec mon emploi du temps surchargé de néo-retraité. J’ai donc décidé de rattraper le retard accumulé en une seule fois sous une forme synthétique.

La preuve en images (je ne poste que quelques images dans cet article, je donne les liens vers ma galerie photos qui en montre d’avantage).

Continuer la lecture de « Des musées, des expositions »

Panoramiques

Les dernières versions de Lightroom, que j’utilise pour traiter mes photos, ont très sensiblement amélioré la qualité des panoramiques qu’elles produisent en fusionnant plusieurs photos. Il y a notamment une fonction de « remplissage » automatique des zones blanches en périphérie de l’assemblage par déformation des bords de la photo qui est assez bluffante.

De plus, les performances de l’appareil photo des iPhones ont elles aussi progressé et les panoramiques produits sont – parfois – de très bonne qualité quand la lumière est correcte et qu’on a pris le coup de main (en pratique, c’est l’iPhone qui fait tout seul l’assemblage des photos, il faut lui mâcher le travail en se déplaçant régulièrement).

Je ne résiste pas à l’envie de partager certains des assemblages que j’ai réalisés cette année. Il y en a d’autres sur ma galerie photos.

Pour commencer, je vous montre les panoramiques horizontaux plutôt adaptés aux paysages.

Couleurs d’automne sur la lac de la Gravelle au bois de Vincennes

Continuer la lecture de « Panoramiques »

En photos : six musées et cinq expositions

Le mois de juillet avait commencé, en son premier jour, par la découverte de la maison des Arts et Métiers à la Cité U, bâtiment transformé en fresque géante par une centaine de street-artistes. La suite du mois nous a permis de visiter six musées et de parcourir cinq expositions.

Petit compte-rendu rapide en photos (les liens dans les sous-titres renvoient vers les sites officiels … tant qu’ils resteront valides en ce qui concerne les expositions).

Continuer la lecture de « En photos : six musées et cinq expositions »

Dessiner le quotidien au Siècle d’or hollandais

Pendant qu’au Louvre, Vermeer écrase de son génie ses colocataires de l’exposition Vermeer et les maîtres de la peinture de genre ainsi que Valentin de Boulogne qui s’échine à réinventer Caravage, il ne faut surtout pas rater, à l’étage au-dessus, l’exposition Dessiner le quotidien – La Hollande du siècle d’or.


Continuer la lecture de « Dessiner le quotidien au Siècle d’or hollandais »

Mes plus belles femmes du Louvre

Je ne suis pas sûr que ma manière de célébrer la journée des droits des femmes (8 mars) soit la plus engagée. Quoique ! Montrer les plus belles femmes du Louvre permet indirectement de faire passer le message que les femmes artistes y sont moins bien représentées que les hommes. C’est un fait qu’au Louvre, on est bien loin  de l’égalité hommes-femmes mais je n’ai pas de statistiques précises. Par contre, parmi les modèles, il y a sans nul doute une meilleure répartition, on peut se consoler avec ces données-là !

Femme se peignant par Salomon de Bray

Continuer la lecture de « Mes plus belles femmes du Louvre »

Expo Vermeer, ce que vous ne verrez pas au Louvre

À partir du 22 février et jusqu’au 22 mai, le musée du Louvre propose une exposition sur Vermeer et les maîtres de la peinture de genre, en coopération avec la National Gallery of Ireland à Dublin et la National Gallery of Art à Washington.

Une douzaine d’œuvres de Johannes Vermeer seront exposées, accompagnées d’autres tableaux réalisés par des contemporains, pour illustrer l’âge d’or de la peinture hollandaise. La peinture de genre se consacre à la représentation des scènes anecdotiques ou familières, mais, au-delà du talent de l’artiste, il faut savoir également en décrypter le symbolisme caché.

Parmi les peintures de Vermeer qui sont connues, il en est – au moins – deux qu’on ne pourra pas admirer à Paris mais que j’ai eu le plaisir de voir et de photographier il y a un peu moins d’un an lorsque nous avons « périplé » vers le nord à la rencontre de Jheronimus Bosch. Ces deux tableaux sont exposés au Mauritzhuis à La Haye (Pays-Bas) et, sans doute, le « Cabinet royal de peinture » ne lâche-t-il pas ses tableaux facilement, pour éviter une chute de sa fréquentation …

Pour vous éviter un voyage vers les Pays-Bas, je ne résiste pas au plaisir de vous les montrer.

Il s’agit de la Jeune fille à la perle, considérée comme un chef-d’œuvre de Vermeer.

La Jeune Fille à la Perle de Johannes Vermeer – Mauritzhuis, La Haye

Le second tableau est la Vue de Delft. C’est un des deux seuls paysages peints par Vermeer (l’autre est la Ruelle).

Vue de Delft par Johannes Vermeer – Mauritzhuis, La Haye

S’ils ne font pas le voyage de Paris, c’est peut-être aussi parce qu’ils ne sont pas tout à fait représentatifs de la peinture de genre ?

 

 

 

Je n’aime pas les nouveaux plans du Louvre

Un conseil : surtout, ne jetez pas à la poubelle vos anciens plans du Louvre.

imb_1492
Ne les jetez pas si vous voulez sortir

Depuis quelques temps, sont distribués aux visiteurs des plans révisés du musée, en même temps que s’achevaient les travaux de réaménagement de l’espace d’accueil sous la pyramide.

C’est très bien dans le principe, il y a eu du changement depuis février 2015, date d’impression des anciens plans dont je dispose. Notamment, le Pavillon de l’Horloge figure bien dorénavant dans l’aile Sully.

Mais je suis très déçu, et pour tout dire anxieux, car le dessin des différentes salles avec leur numérotation a disparu au profit d’un simple aplat de couleur.

Voici ce que cela donne en couleur.

Continuer la lecture de « Je n’aime pas les nouveaux plans du Louvre »