Palette d’automne au Québec : la Mauricie

Lundi 7 octobre 2019

Il a plu toute la nuit et ça continue ce matin. Aujourd’hui nous partons de Québec où nous avons passé la fin de semaine pour nous rendre dans la Mauricie, vers Shawinigan au nord-ouest de Trois Rivières, à mi-chemin entre Québec et Montréal.

Après avoir préparé nos bagages et des sandwichs, nous partons en direction de la route 20 au sud du Saint-Laurent pour essayer de voir la région où poussent les caneberges qui font la réputation du Québec. On voit bien quelques emplacements, des champs d’arbustes fruitiers en serrés à l’intérieur de digues, qui sont sans doute inondés pour recueillir les fruits par flottaison. Mais nous ne voyons rien de ces inondations.

Le temps se lève, il ne pleut plus, les nuages s’élèvent un peu. Nous continuons vers Trois Rivières, puis Shawinigan où nous faisons une petite halte. Puis direction le Lac-à-la-tortue où nous prenons rendez-vous pour un vol en hydravion qui aura lieu mercredi matin. Espérons que le ciel sera plus dégagé qu’aujourd’hui !

Hydravion sur le Lac-à-la-tortue

Enfin direction Saint-Mathieu-du-Parc où nous avons pris nos quartiers à l’auberge Saint-Mathieu-du-Lac. À quelques kilomètres du village, nous faisons un petit détour par le pont couvert dit de Saint-Mathieu.

Nous arrivons à l’auberge, que je trouve un peu bricolée (surtout les alentours immédiats) mais finalement elle est assez correcte, sauf les bruits de pas venant de l’étage au-dessus. Comme le dit Le Routard, c’est bien le patron qui a tout construit de ses propres mains et je pense que le chantier ne s’arrête jamais …

Petite balade au centre du village où deux personnes nous renseignent sur les choses à voir et nous informent que la route du parc national est coupée pour travaux, ce qui nous empêche de faire le circuit prévu de 60 km entre les deux accès au parc, à Saint-Mathieu-du-Parc et à Saint-Jean-des-Piles . Vaut mieux le savoir avant, plutôt que de tomber sur un os demain.

Nous dînons (soupons ici) au restaurant de l’auberge : excellente cuisine, cuisse de pintade, salade  à la truite fumée, truite arc-en-ciel et ses légumes, vin blanc du Québec, tarte au sirop d’érable.

Coucher de soleil à l’auberge de saint-Mathieu-du-Lac au bord de son lac

Mardi 8 octobre

Ce matin, réveil sous un ciel entièrement dégagé, la brume recouvre le lac qui est sous nos yeux mais elle s’envole rapidement . Je me précipite sur la terrasse pour immortaliser l’instant.

Le petit déjeuner est correct, la vue depuis la salle de restaurant est magnifique.

La vue sur le lac depuis la salle à manger

Munis de 3 lunch box préparés par l’auberge, nous prenons la route pour le parc national de Mauricie, secteur de Saint-Jean des Piles distant d’une quarantaine de kilomètres. Nous nous acquittons des droits d’accès, au tarif de groupe … qui commence à deux adultes. 

Puis nous nous arrêtons le long de la route promenade en divers endroits (carte au format PDF) pour photographier les sublimes couleurs de la forêt : Mekinak, lac Bouchard, lac du Fou, lac Édouard où nous faisons notre halte pique-nique non loin de la belle plage aménagée avec balade jusqu’au lac Étienne voisin.

Puis nous arrivons au Passage, presqu’au bout de la route praticable. La vue sur les lacs environnants depuis le belvédère est époustouflante. 

Puis c’est le retour par la même route, nous nous arrêtons à Saint-Jean des Piles pour une pause rafraîchissante au Bistro Le p’tit canot.

À la sortie du village, nous faisons une petite visite du parc Étienne-Bellemarre et ses pentes escarpées jusqu’au belvédère dominant la rivière et la ville de Grandes-Piles en face. Des sculptures réalisées par des artistes locaux parsèment le parc.

Nous arrivons ensuite à Shawinigan où la ville est bloquée par des embouteillages provoqués par des chantiers mal placés. Nous dînons au restaurant La pointe à Bernard où le service est fort long mais la cuisine honnête : baluchon brie érable, burger Classic, pâtes fraîches au poulet grillé et pesto crémeux. 

Retour de nuit à l’auberge. 

Mercredi 9 octobre

Le temps est encore plus beau que la veille, aujourd’hui nous n’aurons quasiment aucun nuage et le soleil réchauffera nos vieux os !

Encore de belles vues de brume sur le lac au pied de notre chambre. Nous sommes levés tôt, vers 7 heures, car nous avons rendez-vous pour un vol en hydravion à 9h30 au lac-à-la-tortue. Comme il faut 40 mn de route, nous prenons notre petit déjeuner à 8 heures.

Nous arrivons à la base des hydravions un peu avant l’heure et tout se passe correctement. Le vol est une expérience intéressante car nous n’avons jamais décollé ainsi et le survol des bois colorés en rouge, jaune et vert est un bel enchantement. Les bonnes choses ont une fin, celle-ci arrive assez vite avec un amerrissage tout en douceur. Belle expérience !

Nous reprenons la route de l’auberge en nous arrêtant faire les courses à un IGA. Sur le lac, je me risque à faire un peu d’aviron avec la barque de l’auberge. J’amène Fred pour cette petite balade nautique.

Après le pique-nique à la terrasse de Fred, nous prenons la direction du parc national, secteur Saint-Mathieu, où nous voulons faire des randonnées au lieu-dit Shewenegan. C’est un très joli coin, actuellement en cul de sac en raison de la route en réfection peu après. 

Nous enchaînons les randonnées Les cascades et Les falaises, ce qui nous donne 7 à 8 kilomètres très sympas, un peu escarpés avec d’admirables points de vue sur les lacs et rivières. On termine un peu fatigués, juste ce qu’il nous fallait. 

Retour à l’auberge pour un petit repos au bord du lac.

On ressort pour aller à pied jusqu’au Café Bistro, seul établissement du village où l’on peut boire et manger. Ambiance très chaleureuse dans un décor un peu de bric et de broc mais très accueillant. La cuisine est simple et fait partager de bons produits : pizzas 4 fromages et grecque pour Isa et Fred, salade Cesar pour moi, bières Le trou du Diable, cidre local. Très très bon. On rentre à pied, la journée a été intense, on va bien dormir.

Jeudi 10 octobre

Nous rentrons à Québec aujourd’hui, la matinée se passe tranquillement entre petit déjeuner, rangement de valises et dernières photos.

Sur le chemin du retour, nous faisons escale à Trois-Rivières, troisième ville du Québec. Elle paraît très industrielle lorsqu’on l’approche par l’autoroute mais son centre est resté très authentique, avec bon nombre de vieilles maisons et vieux édifices. Après une petite déambulation rue des Forges, nous déjeunons au Faste Fou, de burgers, de salade César et de « vraies » frites belges ! 

Petite balade digestive le long du fleuve et nous repartons vers Québec en empruntant le mythique Chemin du Roy, alias la 138, qui longe le fleuve jusqu’à la capitale en évitant de suivre la monotone autoroute.

C’est une succession de charmants villages sur une route bien roulante et peu fréquentée. Nous faisons une halte à Deschambault pour photographier l’ancien presbytère et le vieux centre bien conservé. 

À l’approche de Québec, le Chemin du Roy devient un axe routier comme les autres, traversant banlieues résidentielles et centres commerciaux. Aussi nous terminons par le réseau routier plus rapide et ses embouteillages quotidiens.

J’ai oublié de dire que nous avons eu un temps splendide encore tout au long de la journée, les arbres flamboient de tous leurs feux. 

Après quelques courses au Provigo de chez Fred, nous préparons une quiche, une tarte aux pommes et un cake aux olives. Nous sommes ainsi parés jusqu’à demain midi, où nous prendrons congé de Fred.

(à suivre pour la dernière étape)