Une pincée de sud

Publié par micmac le

Après l’ouest et l’Atlantique, direction le sud et la Méditerranée pour quelques jours de semi-tourisme dans la belle ville de Montpellier.

Notre emploi du temps ne nous a pas permis d’explorer toute la ville et nos pas nous ont menés principalement entre le centre et les nouveaux quartiers de Port-Marianne et surtout d’Antigone dont l’architecture néo-classico-stalinienne inspirée par la Grèce Antique a été conçue par Ricardo Bofill dans les années 80.

Heureusement quelques incongruités viennent rompre la monotonie d’ensemble, comme l’immeuble L’Arbre Blanc situé sur l’autre rive du Lez (ce n’est plus Antigone mais Port-Marianne). Qui dit quartier neuf dit aussi quartier aéré avec les rives de la rivière joliment aménagées pour la balade et le farniente ainsi que des parcs et des plans d’eau. Les lignes de tramway sillonnent ces espaces, restreignant de fait la place des bagnoles, et la circulation à vélo semble bien se développer.

Dans le centre ville ancien, baptisé L’Écusson en raison de sa forme, nous avons tout de même découvert la Place de la Comédie, cœur de la ville, l’esplanade Charles de Gaulle qui la prolonge et quelques rues piétonnes. Balade bien trop rapide mais qui donne très envie de revenir, d’autant que nous avons encore toute la partie ouest à explorer.

Le musée Fabre, célèbre musée des Beaux-Arts de Montpellier, est situé en bordure de l’esplanade. Nous y sommes bien sûr allés, c’était un objectif de notre périple sudiste. Il mérite un article spécifique.

Montpellier – Musée Fabre

Pour nous détendre et jouer un peu aux touristes, nous avons effectué une promenade dominicale jusqu’à Sète, l’île singulière comme l’appelait Paul Valéry. Jolie ville connue pour sa situation sur un promontoire, son port de pêche, ses vielles ruelles et ses fameuses joutes nautiques sur le Canal Royal. Elle pourrait être encore plus sympathique si elle apprenait à mieux gérer la circulation automobile qui, malgré quelques rues piétonnes, est bien trop présente et pourrait être éloignée de certains secteurs.

Beaucoup de fresques murales ponctuent notre parcours depuis les canaux jusqu’au cimetière marin et les hauteurs du Fort Richelieu.

Belle affluence piétonne en cette chaude journée, ce qui ne nous empêche pas de trouver une table pour déjeuner à The Marcel aux Halles, annexe d’un établissement étoilé de la ville, située, comme son nom l’indique, dans les halles centrales. Nous nous régalons de carpaccio de poulpes, de crevettes grillées, de thon rouge snacké et de couteaux en persillade, arrosés de verres de Frontignan. Belle table qui mérite le détour, avec un accueil très sympathique.

Retour par Palavas-les-Flots pour se tremper les pieds dans l’eau et fouler le sable – un peu grossier – de la plage Saint-Maurice.

Palavas-les-Flots

À l’issue de ces quelques jours, il ne nous restera plus qu’à rentrer à Paris : nous réussirons à nous tromper de gare (Saint-Roch au lieu de Montpellier-Sud !) puis de train, mais finalement tout finira bien !


Pour en voir plus, ma galerie Photo : Montpellier en août 2020

%d blogueurs aiment cette page :