Flânons au musée de Niort

Publié par micmac le

Il n’y a pas que des glaces ou des crêpes à Niort, nous sommes aussi allés baguenauder dans le très beau musée Bernard d’Agesci de l’agglomération niortaise. Aménagé dans les bâtiments de l’ancien lycée Jean Macé qui ont été superbement rénovés, il porte le nom d’une grande figure artistique de Niort, Bernard d’Agesci (1756 – 1829), de son vrai nom Augustin Bernard.

C’est un musée pluri-disciplinaire comportant plusieurs sections : beaux-arts et arts décoratifs, histoire naturelle et conservatoire de l’éducation. On démarre par une exposition temporaire, consacrée au Bijou régional, une spécialité niortaise, qui nous fait découvrir un atelier d’orfèvre au 19e siècle et le rôle des bijoux masculins et féminins qui ornent les costumes et marquent les passages de la vie.

Musée Bernard d’Agesci – Vers l’exposition sur le bijou régional – Jean-Baptiste BaujaultAu gui l’an neuf ! et L’Éducation de Vercingétorix, dans le hall.

Même si l’orfèvrerie me passionne peu, les œuvres exposées sont intéressantes, mêlant bijoux, outils et tableaux. L’occasion de découvrir également les coiffes féminines du pays niortais.

La section Beaux-arts et arts décoratifs est la plus importante du musée, occupant plusieurs salles sur les deux étages supérieurs. Je crois que nous n’avons pas tout vu parce que nous avons du accélérer le rythme en raison de la pause méridienne d’une heure. Mais nous avons pu cependant admirer de belles choses intéressantes, tableaux, sculptures, instruments de musique et aussi un rayon consacré à la faïencerie d’art de Parthenay, dont un superbe plafond à caissons.

À tout seigneur, tout honneur, une salle est consacrée à Bernard d’Argesci. L’image en exergue de cet article est une de ses peintures, d’après Peter-Paul Rubens, Têtes de lions (ces têtes sont celles des deux lions attelés au char de la ville de Lyon, dans le tableau Entrevue du Roi et de Marie de Médicis à Lyon le 9 novembre 1600 exposé au Musée du Louvre dans la Galerie Médicis. Ici aussi, un jeu de mot avec les lions souligne l’allusion à la ville de Lyon ).

Flânons dans les salles, un peu dans le désordre.

La section Histoire naturelle propose plusieurs espaces consacrés à la faune régionale, avec une collection d’oiseaux du littoral naturalisés (mouettes, goélands, albatros hurleurs, etc.) ainsi que des mammifères et les rapaces nocturnes.

Une salle de géologie régionale et une collection de squelettes ponctuent également le parcours.

Le conservatoire de l’éducation, peut-être hérité de la précédente occupation des bâtiments, illustre l’histoire de l’enseignement sous la Troisième République et présente des documents, des instruments scientifiques et du mobilier scolaire. La salle des cartes d’histoire et de géographie fait remonter de vieux souvenirs.

Nous voila arrivés à l’heure de fermeture, les Petites Bretonnes nous appellent, il est temps de prendre congé de ce lieu très attachant où je reviendrai sûrement, certaines salles méritent une plus grande attention.


Pour en voir un peu plus, ma galerie photo : Musée Bernard d’Agesci à Niort


0 commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :