Palette d’automne au Québec : Mont-Tremblant et les Laurentides

L’automne est la saison que nous n’avions pas encore vécue au Québec et il s’avérait indispensable de constater de visu ce que l’on raconte sur la palette de couleurs des arbres à cette époque.

Mais il ne faut pas se tromper dans les dates car la période où les couleurs explosent est relativement courte et elle peut varier d’une région à l’autre et d’une année à l’autre également.

Après recherches, nous avons décidé de partir la dernière semaine de septembre et la première quinzaine d’octobre. Rétrospectivement, c’est un bon choix. 

Mont-Tremblant

L’objectif est bien entendu aussi de rendre visite à notre fiston qui vit à Québec (la ville) et nous avons prévu d’aller dans quatre régions que nous ne connaissons pas, le parc du Mont-Tremblant dans les Laurentides, le Charlevoix, la Mauricie et les Cantons de l’Est. Un petit séjour à Montréal clôturera le périple.

Lundi 23 septembre 2019

Aujourd’hui, c’est le départ pour nos trois semaines de balade au Québec.

Le trajet jusqu’à Montréal se passe sans problème, taxi jusqu’à l’aéroport Charles-de-Gaulle, vol Air Canada très tranquille dans un avion qui est tout de même bien rempli, formalités à Montréal qui se déroulent très rapidement.

Petite frayeur, le loueur de voiture Discount ne se trouve pas dans le grand parking avec les autres, il faut prendre une navette, ce que je n’avais pas repéré lorsque j’avais fait la réservation. Mais tout se passe bien et moins de deux heures après notre atterrissage nous sommes en route vers Mont-Tremblant. Notre voiture est une Kia Soul.

En chemin, nous faisons un arrêt à Blainville pour retirer de l’argent liquide à distributeur Scotiabank que nous trouvons dans un Couche-tard.

Lorsque les bouchons de la banlieue de Montréal disparaissent, nous pénétrons petit à petit dans un paysage de montagne. Le temps est très couvert mais nous pouvons déjà constater que les arbres ont pris leurs belles couleurs d’automne. J’espère que nous aurons quelques rayons de soleil pour en faire de belles photos. 

Nous arrivons à notre hôtel, le Château Beauvallon où nous sommes très gentillement accueillis. Plus qu’une simple chambre, c’est un petit appartement qui nous est réservé avec coin salon, lit supplémentaire encastré, petite cuisinette et chambre principale séparée. Nous avons même droit à deux salles de bain !

Petit souci, on a oublié la clé du petit cadenas qui fermait une des valises mais le technicien de l’hôtel nous en trouve une qui marche tout de suite !

Il fait nuit mais nous partons faire un petit tour jusqu’au village voisin pour repérer les lieux. La pluie se met à tomber, avec même parfois des trombes d’eau et après avoir fait des achats au dépanneur du coin (hors de prix), nous rentrons à l’hôtel. Avec le décalage horaire, nous sommes un peu fatigués et nous nous couchons rapidement. Mais nous nous réveillons, bien évidemment, à 2 ou 3h du matin.

Mardi 24 septembre

Levés tôt, nous partons avant le petit déjeuner faire une balade autour de l’hôtel. Celle-ci nous amène jusqu’au pont Jack Rabbit qui passe au-dessus de la rivière du diable. Les arbres ont toutes les couleurs depuis le vert jusqu’au rouge le plus flamboyant, malheureusement le ciel est bien couvert et tout ceci manque un petit peu de lumière. Mais nous sommes bien contents tout de même de faire quelques chouettes photos.

Nous revenons à l’hôtel et prenons notre petit déjeuner. Nous prenons la voiture et retournons à Mont-Tremblant Villégiature, là où hier soir des trombes d’eaux nous avaient accueillis. Nous garons la voiture sur un parking à la périphérie du centre, et nous visitons ce petit village qui ressemble à un parc d’attraction de Disney.

Avant de prendre le télécabine qui va nous emmener au sommet de la montagne, nous faisons une autre balade sur le sentier des ruisseaux. Celui-ci fait une petite boucle au pied de la montagne. 

Lorsque nous l’avons terminé, nous prenons la télécabine pour grimper tout là-haut. Mais le ciel est toujours bien couvert et nous n’avons pas le courage de faire le sentier que nous avions prévu au départ puisque la vue risque d’être un petit peu gâchée. À la place nous allons prendre un chocolat chaud au Grand Manitou.

Nous redescendons au village, un petit rayon de soleil nous incite à refaire quelques photos et nous promener jusqu’au lac.

Mais finalement ça ne dure pas et nous reprenons la voiture pour nous rendre dans la montagne, dans le parc national de Mont-Tremblant. Comme pour tous les parcs nationaux géré par le Québec, il faut payer un droit d’entrée journalier ce que nous faisons. Après un petit arrêt à la sablonnière, nous poursuivons jusqu’au centre de découverte. Puis nous continuons notre promenade et nous arrêtons à la chute du diable où une petite balade bien sympathique nous permet de faire de jolies photos du sous-bois.

Un peu plus loin la route se transforme en piste, en bon état, nous sortons du parc national en faisant une boucle qui nous emmène au Lac Supérieur puis au centre ville de Mont-Tremblant, aussi dénommé Saint-Jovite, situé en bas.

Nous nous arrêtons pour faire des courses au supermarché Métro. Puis retour à l’hôtel pour un repos bien mérité (Journée à 19 000 pas).

Mercredi 25 septembre

À la recherche du soleil, tel pourrait être le sous-titre de notre journée. Ce matin, le ciel paraît un petit peu moins chargé qu’hier, parfois même un rayon de soleil semble traverser les nuages.

Après le petit déjeuner, nous décidons de repartir au centre de villégiature de Mont-Tremblant et de reprendre la télécabine. Nous espérons qu’au sommet, le temps sera suffisamment beau pour faire la petite rando qui fait le tour de la station et qui s’appelle 360°. Malheureusement le sommet est encore dans les nuages, peut-être même encore plus encombré qu’hier. Il ne fait pas très chaud mais nous décidons tout de même de faire la randonnée. En plus du temps qui n’est pas tellement avec nous, le sentier semble vouloir nous échapper. En effet ce qui est balisé ne correspond pas tout à fait à ce qui est sur les cartes. Le parcours a été modifié en raison de travaux. Nous faisons cependant halte à la tour d’observation, mais celle-ci baigne dans un brouillard à couper au couteau. De temps en temps une trouée dans les nuages nous permet d’apercevoir la station et le lac en bas mais ça ne dure pas. 

Nous décidons donc de descendre et d’attendre que le temps s’améliore. Ce qu’il fait d’ailleurs puisque nous sommes à peine arrivés au village que le ciel se dégage et que le soleil fait son apparition. Finalement, au bout de quelques minutes, nous remontons à la télécabine. Là-haut les nuages se sont envolés. Nous pouvons faire de jolies photos du paysage qui est enfin dégagé. Les touristes ont eu la même idée que nous puisque c’est maintenant la foule au sommet de la tour d’observation.

Mission accomplie, il est temps maintenant d’aller nous sustenter. Pour cela nous reprenons la voiture et décidons d’aller essayer un restaurant dans le vieux village de Mont-Tremblant. C’est le restaurant Au bon coin, recommandé par l’hôtel, qui nous accueille et nous sert de burgers avec des verres de cidre et de bière. Pas mauvais, bien roboratif, ce premier repas pris au restaurant à Québec est satisfaisant.

Pour digérer tout ça, une petite randonnée serait la bienvenue. Nous faisons quelques photos près de la plage Mercier à deux pas du restaurant et de l’ancienne gare.

Nous reprenons la voiture et allons au domaine Saint Bernard qui propose toute une série de sentiers nature. Le droit d’entrée est tout à fait raisonnable, neuf dollars pour nous deux. Nous enchaînons deux petites randonnées, la première autour du lac.

Entre les deux randonnées, petite visite au jardin des oiseaux qui propose des plantes, des mangeoires, des nichoirs pour les oiseaux qui passent par le domaine.

La seconde randonnée que nous effectuons est également un sentier de découverte du système solaire. À partir du pavillon d’astronomie, des panneaux représentent le soleil et les huit planètes. Ils sont implantés en respectant l’échelle des distances : si les quatre panneaux représentant les planètes telluriques sont situés à quelques dizaines de mètres du panneau du soleil figuré par un disque de 24 cm de diamètre, Neptune se trouve quant à elle a 800 m de distance. Rigolo, ça peut donner une idée des distances et des dimensions respectives dans l’espace.

Il est 16 heures passées, nous avons bien crapahuté aujourd’hui (19 000 pas à nouveau), nous rentrons à l’hôtel pour nous reposer.

Jeudi 26 septembre

Ce matin, ciel bouché et grosse pluie. Tant est si bien que nous décollons plus tard que les jours précédents, avec pour objectif d’aller faire un petit tour en voiture dans le nord de Mont-Tremblant vers les villes de La Conception et de Labelle.

C’est un Québec éloigné des sites touristiques, sans doute plus authentique, même si l’on croise souvent des pistes visiblement réservées aux quads et aux motoneiges. C’est un paysage de campagne, mais il n’y a pas l’air d’avoir beaucoup d’agriculture ni d’élevage, je ne sais pas trop ce que les gens font de tout cet espace !

Nous redescendons vers Mont-Tremblant en longeant le lac Labelle. Comme d’habitude, il est difficile voire impossible d’accéder aux rives du lac car tout est privatisé et il n’y a quasiment aucun espace public littoral. La route laisse bientôt la place à une piste en bon état mais très boueuse en raison de la pluie qui tombe sans arrêt. Finalement nous arrivons sans encombre à Saint-Jovite, le centre ville de la municipalité de Mont-Tremblant, où nous avons décidé de faire une petite pause et de déjeuner. 

Nous garons la voiture dans la partie la plus ancienne où de nombreuses maisons datant sans doute de la première moitié du XXe siècle ont été conservées et donnent à l’ensemble un cachet intéressant. 

Mais il y a aussi des restaurants et des magasins, ce qui donne au final un petit centre sympathique et animé. Nous trouvons une pizzeria, Pizzas et cie, où nous dégustons de très bonnes pizzas, certes carrées mais bien garnies, accompagnées comme d’habitude par un verre de bière et un verre de cidre. Le jeune serveur nous fait la retape de la cidrerie d’où provient le cidre, située non loin de Montréal et appartenant à sa famille. On passera voir demain en quittant Mont-Tremblant.

Nous faisons quelques courses au magasin Métro que nous connaissons déjà et puis nous reprenons la voiture et pour regagner l’hôtel.

Surprise ! La pluie a cessé et le soleil se montre un peu. Sur notre lancée, nous poursuivons jusqu’à Mont-Tremblant Villégiature et nous nous payons à nouveau une montée à la télécabine (c’est une façon de parler car nous avons toujours le pass illimité). Mais le sommet est noyé dans les nuages, les lutins de Mont-Tremblant nous en veulent sans doute. Les nuages finissent cependant par dégager et le soleil fait une apparition un petit peu timide.

Après avoir fait un petit tour au sommet,  nous redescendons et regagnons l’hôtel. 

Vendredi 27 septembre

Étape de liaison aujourd’hui, nous quittons Mont-Tremblant pour rejoindre Québec. Le temps est au brouillard mais il devient beau assez rapidement. En direction de Montréal, nous nous arrêtons à Sainte-Agathe-des-Monts qui est une petite ville de villégiature autour de son lac.

Nous cherchons un pont couvert aux alentours de Sainte-Marguerite mais il n’y en a pas de traces. Nous arrivons à la cidrerie Lacroix (dans la banlieue de Montréal) et faisons le plein de cidre et de pommes fraîches. C’est un site bien organisé, avec boutique, restauration, jeux d’enfants, etc. La cueillette des pommes doit être sympa mais nous nous contentons de les acheter déjà ramassées. Elles sont bonnes mais elles ne valent pas les nôtres …

Nous reprenons la route 640 vers le nord pour contourner Montréal et prenons le chemin du Roy au niveau de la ville de Charlemagne (la ville natale de Céline Dion), déjà visitée l’année dernière. Quand nous sortons de l’agglomération montréalaise, la route suit le fleuve et traverse des villages qui ont conservé un charme ancien. Nous nous arrêtons pique-niquer à Lavaltrie à la halte municipale au bord de l’eau. 

Nous repartons en empruntant l’autoroute 40 cette fois-ci. Aux alentours de Québec, nous cherchons avec un peu de difficulté un distributeur Scotiabank. L’application BNP donne des indications de « dépanneurs » Couche-Tard qui soit n’existent pas, soit n’ont pas de distributeurs Scotiabank. Finalement nous trouvons ce qu’il faut chemin de Sainte-Foy. 

Nous arrivons chez Fred vers 18 heures, c’est un peu le bazar autour de chez lui pour trouver à se garer, en raison de travaux. Nous le retrouvons au magasin Provigo où nous faisons quelques courses. Retrouvailles !

(à suivre)

7 thoughts on “Palette d’automne au Québec : Mont-Tremblant et les Laurentides”

  1. Je retrouve avec plaisir ces couleurs que nous avions découvert dans le Vermont et le New Hampshire une année aux USA et aussi les fameuses chaises lors de notre voyage au Canada qui permettent de se poser et d’admirer. Merci pour ce partage ! A+ pour la suite.

  2. Bonjour,
    Que de merveilles dans ces contrées, ça me donne une furieuse envie de retourner voir nos « cousins » et leurs paysages éblouissants de beauté.
    Merci pour ce partage.
    Danièle.

    1. C’est vrai que nous avons parcouru des paysages splendides, et cette saison est un véritable émerveillement.

  3. Waouh!!! encore une fois émerveillée par les magnifiques photos qui font rêver et qui permettent de voyager… Merci!

Les commentaires sont clos.