Lisbonne, sept collines et un fleuve

À l’occasion d’un week-end un peu prolongé, nous nous envolons vers un pays que nous ne connaissons pas du tout, le Portugal, et sa capitale Lisbonne. C’est  la ville aux sept collines mais aussi un port actif le long de l’estuaire du Tage. Ce contraste géographique s’accompagne aussi d’un contraste social qui fait passer, à un détour de rue, d’une avenue bourgeoise et commerçante à un village ayant gardé son caractère populaire.

IMI_6489

Jour 1

Notre vol Air France nous emporte en un peu plus de deux heures de Roissy à Lisbonne où nous arrivons vers 15 heures (heure locale, une heure de moins qu’à Paris). Le métro nous mène ensuite au centre de la capitale, dans le quartier de la Baixa où nous avons réservé un studio dans un « appart hôtel », le Lisbon Short Stay  qui nous accueille dans un décor très moderne.

Une petite carte pour s’y retrouver :

Nous passons la fin d’après-midi à randonner dans la ville, notamment en montant au Castelo Sao Jorge, puis dans le quartier d’Alfama, en sillonnant nombre de ruelles et d’escaliers. Dans la soirée, nous en avons plein les pattes et nous nous arrêtons dîner au Maria Catita (joues de porc, risotto de morue, mousse de maracuja, pastel de Nata avec glace, généreux verres de vin blanc du Douro).

Jour 2

Destination l’ouest de l’agglomération pour visiter Belem, grande concentration de monuments historiques. C’est d’ici que sont parties les grandes explorations maritimes qui font la fierté du Portugal.

Visite du monastère des Hieronymites, Mosteiro da Jeronimos, classé au patrimoine de l’Unesco, avec son magnifique cloître et son église grandiose, qui ont résisté au tremblement de terre de 1755. Preuve de leur bonne construction …

Nous poursuivons jusqu’au Monument des Découvertes, surnommé « Poussez pas derrière ! », architecture salazariste datant de 1960, puis à la Tour de Belem, édifiée en 1515, qui présente un tout autre intérêt historique. C’est un symbole emblématique du Portugal puisqu’elle a surveillé les bateaux des explorateurs qui partaient pour leur grandes découvertes (un certain Vasco de Gama, d’ailleurs enterré dans l’église du monastère).

Nous déjeunons au restaurant Jeronimos (brandade de morue et jarrets de porc, verre de vin blanc). Le retour vers le centre ville est difficile car les taxis en colère (« Uber illegal ecrime nacional ») bloquent tout le centre de Lisbonne interdisant toute circulation dont celle des tramways. À pied, on galère un peu car il fait chaud. Halte au Musée des beaux-arts, mais nous ne visitons pas car ils ne veulent pas qu’on y entre avec nos sacs à dos. Trop risqué de laisser toutes nos affaires personnelles dans un vestiaire qui a l’air peu surveillé. On réussit à grimper dans un bus, puis à agripper le métro. Petit repos à l’hôtel.

Balade dans le quartier chic du Chiado, puis dîner à l’auberge Cervejaria Trindade, un immense truc se déguisant en monastère. Assez sympa et cuisine correcte (casserole de fruits de mer au riz, mousse au chocolat, gâteau avec glace).

Jour 3

Petite tentative pour grimper dans le mythique tram 28 : on réussit mais il y a tant de monde qu’on redescend assez rapidement. Bon ! on l’a fait. On rejoint le métro pour gagner le Parc des Nations : c’est un nouveau quartier ultra-moderne de Lisbonne construit à l’occasion de l’exposition universelle de 1998. L’architecture n’est pas désagréable et ce qui donne un peu de charme au coin c’est qu’il est construit le long du Tage (de son large estuaire plutôt). Petite balade en télécabine, déjeuner au Peter Café Sport (bifteck chips, poêlée de fruits de mer, glaces vanille au chocolat, accueil plus que moyen).

Retour au centre ville dans l’après-midi, balade, achat de beignets à Casa Brasileira et d’une bouteille de vinho verde dans un minimercato pour grignoter le soir dans notre studio.

Jour 4

Retour à Paris avec de beaux coups de soleil, parce que nous avons été surpris par le soleil et la chaleur. Nous ramenons d’ailleurs du soleil dans nos bagages car le beau temps s’installe aussi sur notre beau pays (même s’il continue à faire un peu frais à cause du vent).

Pour voir plus de photos, aller sur l’album.

 

1 pensée sur “Lisbonne, sept collines et un fleuve”