Je ne sais pas si vous avez remarqué, on ne parle plus trop du nouvel an chinois, dorénavant on célèbre la fête du printemps. Le qualificatif chinois semblait un peu trop réducteur face à la pluralité de la population d’origine asiatique, la mairie du 13e a donc fait évoluer ses éléments de langage pour présenter la Fête du Printemps 2022 sur son site, fête qui inaugure l’année du Tigre et qui a lieu aujourd’hui 1er février.

L’année 2022 c’est celle du Tigre, le troisième signe du cycle zodiaque chinois. Le Tigre recherche constamment l’aventure, les défis, tout ce qui peut l’éloigner de l’ennui. Charismatique, il impose naturellement le respect et attire beaucoup, bien que son indépendance puisse parfois décontenancer. Le Tigre est ambitieux et il n’hésite pas à se donner les moyens pour atteindre ses objectifs.
À l’origine, la Fête du Printemps, « Chunjie » (chūnjié), est la fête qui marque la fin de la période de grand froid après le solstice d’hiver, et qui annonce l’arrivée des beaux jours. Cette tradition, qui remonte à l’Antiquité, était à l’époque surtout célébrée par les paysans. C’est aujourd’hui la fête la plus importante de l’année en Chine. Elle est également célébrée dans d’autres pays asiatiques, tels que le Vietnam, la Corée, Singapour et la Malaisie.

Les festivités commencent le premier jour du premier mois du calendrier luni-solaire chinois et se terminent quinze jours plus tard lors de la pleine lune, qui marque le jour de la Fête des lanternes.
La Fête du Printemps 2022 tombera le 1er février, jour où le Tigre remplacera le Buffle, marquant ainsi le début d’un nouveau cycle du zodiaque chinois. Dans ce calendrier, chaque animal est en effet associé à une année et à un ensemble de traits de caractère.
Dans l’astrologie chinoise, le Tigre, c’est la puissance, la justice, l’indépendance et le courage.

Site de la mairie du 13e

Pour tout savoir sur le calendrier traditionnel chinois, je vous conseille la lecture du document écrit sur le sujet par Patrice Rocher de l’IMCCE, Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides.

Plus modestement, je vous propose quelques tigres, issus de ma photothèque personnelle, réalisés par des street artistes et croisés ici et là.

En exergue de cet article, sans doute une des plus belles fresques représentant ce beau félin, capturé à Tahiti sur un transformateur électrique.

Plus locales, puisqu’issues du 13e, voici d’autres œuvres.

Bordalo II
Tomb, Pepo, Etro, Diksa ?
Marko 93
Henry Blache alias Sax #Saxartwork

Je vais clore cet article avec un artiste qui monte, Eugène Delacroix, qui nous a peint une scène touchante d’un jeune tigre jouant avec sa mère. Certes, on ne peut pas le qualifier de street artiste mais n’oublions pas qu’il a déjà réalisé quelques fresques murales intéressantes.

Eugène Delacroix – Jeune tigre jouant avec sa mère

Pour en savoir plus, des éléments fournis par l’IMCCE :


0 commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :