Magellan sur la route des épices

Publié par micmac le

Le 21 octobre, cela fera exactement cinq cents ans que Fernand de Magellan et son expédition (ou plutôt ce qu’il en restait) pénétrait dans le passage maritime entre Atlantique et Pacifique, connu désormais comme le détroit de Magellan.

Magellan est célébré pour avoir réalisé le premier tour du monde, on dit circumnavigation pour faire plus savant, entre 1519 et 1522, à l’occasion duquel il fera cette découverte qui était indispensable à son expédition.

D’origine portugaise mais soutenu financièrement par le roi d’Espagne, il accomplit ce voyage, non pas pour concurrencer Kerzauson ou Francis Joyon, mais bien plus prosaïquement pour vérifier que la route vers les îles des épices, les Moluques, pouvait passer par l’ouest.

Ces îles, situées dans l’actuelle Indonésie, avaient déjà été reconnues par les Portugais venant de l’océan Indien, donc « par l’Est » selon la vision européanocentrée de l’époque.

Cartes et planches de Premier voyage autour du monde, par le chevalier Pigafetta, sur l’escadre de Magellan, pendant les années 1519, 20, 21 et 22

Sous l’égide du pape Alexandre VI, le traité de Tordesillas en 1494 avait partagé le Nouveau Monde, entre l’Espagne et le Portugal. La ligne de partage était un méridien localisé à 370 lieues (1 770 km) à l’ouest des îles du Cap-Vert, méridien qui se situerait aujourd’hui à 46° 37′ ouest. Le monde est ainsi divisé en deux hémisphères, est et ouest.

La carte ci-dessous attribuée à Jorge Reinel représente le monde connu au début du 16e siècle et place au centre le méridien de partage du monde issu du traité de Tordesillas. Le Brésil, découvert peu de temps après par le Portugais Pedro Alvares Cabral, est donc sous souveraineté portugaise, le reste des Amériques appartient à l’Espagne.

Carte de 1519, attribuée à Jorge Reinel – elle se démarque des représentations habituelles de l’époque par la dimension plutôt réaliste de sa « Mer du Sud » (l’océan Pacifique), elle montre également que, dans son placement du petit archipel des Moluques, objectif premier du voyage, qu’on distingue à peine à l’extrême gauche du document, Magellan ne se trompe que de 9° sur 360°. La carte représentée ici est un fac-similé réalisé par Otto Progel en 1836 et conservé à la BnF, l’originale ayant disparu.

Autre conséquence du traité, si l’on peut atteindre les îles aux épices par l’ouest et montrer qu’elles sont situées dans le domaine espagnol, c’est tout bénef’ pour l’Espagne qui maitriserait ainsi l’ensemble de la chaîne logistique pour le riche marché du clou de girofle, au détriment du Portugal.

Voila donc pourquoi, le 21 octobre 1520, après de nombreux essais infructueux, et avec trois navires restant sur les cinq partis de Cadix, Magellan entama avec succès le trajet qui devait le mener dans l’océan Pacifique entre la Terre de Feu et le sud du continent américain. Découverte primordiale pour la navigation maritime, car, avant la construction du canal de Panama quatre siècles plus tard, elle permettait l’accès au Pacifique en évitant les terribles parages du Cap Horn.

À défaut d’un périple sur place, je vous propose une des premières cartes du détroit de Magellan dessinée par Jodocus Hondius en 1628. La Terre de Feu est encore mal connue.

Une carte du détroit de Magellan et de la Terre de Feu – Jodocus Hondius – 1628 – Jodocus Hondius, aussi appelé Josse de Hond ou parfois Jodocus Hondius l’Ancien pour le distinguer de son fils, est un artiste flamand, graveur et cartographe. Il est connu pour ses cartes du Nouveau monde, et de l’Europe et pour avoir rétabli l’intérêt des travaux de Mercator, ainsi que pour ses portraits de Francis Drake. Il a contribué à l’établissement d’Amsterdam comme centre de la cartographie en Europe au 17e siècle.
Cette carte de « Magellanica », la terre située au sud du détroit de Magellan, est l’œuvre de Willem Janszoon Blaeu, un cartographe et éditeur de cartes néerlandais majeur, également fondateur d’une famille de cartographes remarquables, dont ses fils Joan et Cornelis. Né aux Pays-Bas en 1571, Blaeu étudia au Danemark entre 1594 et 1596 auprès de l’astronome Tycho Brahe, où il apprit à fabriquer des globes et des instruments. De retour à Amsterdam, il fonda l’entreprise de cartes familiale. En 1608, il fut nommé hydrographe en chef de la Vereenigde Oost-Indische Compagnie (la Compagnie néerlandaise des Indes orientales), un poste qu’il conserva jusqu’à sa mort en 1638. Cette carte de 1640 reflète la spécialisation de Blaeu dans la cartographie maritime. Le coin inférieur gauche montre un groupe de sept bateaux à voile, positionnés sur un cartouche à l’intérieur duquel l’échelle figure en miles allemands. Le cartouche est porté par un groupe de trois Patagons. Les noms des océans australs, Atlantique et Pacifique sont indiqués dans l’autre coin de la carte. La carte est dédiée à Constantijn Huygens, poète et diplomate néerlandais qui, avec son frère Christiaan (plus célèbre pour avoir découvert Titan, le satellite de Saturne), se consacrait lui aussi à la fabrication de télescopes et à l’étude des cieux.
© NASA – Domaine public – Superbe image satellitaire du détroit de Magellan, entre Patagonie et Terre de Feu

Fernand de Magellan n’accomplit pas son tour du monde, car il fut assassiné sur l’île de Mactan aux Philippines le 27 avril 1521. Un seul navire, la Victoria, termina la circumnavigation, sous les ordres de Juan Sebastian Elcano, avec 18 marins et 3 Moluquois.

Le seul témoignage direct du voyage est le journal d’un érudit de la noblesse vénitienne, Antonio Pigafetta (env. 1480–1534), qui fit partie de l’expédition et revint avec Elcano. Il existe quatre versions manuscrites du journal de Pigafetta, trois en français et une en italien. Pigafetta est aussi à l’origine de 23 superbes cartes couleur dessinées à la main, dont un jeu complet accompagne chacun des manuscrits.

Ces récits ont été publié en 1800 par Carlo Amoretti, un prêtre, écrivain, intellectuel et scientifique italien qui, grâce à son travail de conservateur à la bibliothèque Ambrosienne de Milan, découvrit le manuscrit, qu’on a longtemps cru perdu. Amoretti publia le texte italien accompagné de commentaires en 1800, et la traduction française l’année suivante. La BnF détient un exemplaire en français.

La carte de Pigafetta montrée ci-dessous représente le détroit de Magellan, tel qu’il apparaît en 1800 dans l’édition de Carlo Amoretti de l’unique manuscrit en italien.

Carte de Pigafetta représentant la partie méridionale de l’Amérique du Sud, notamment le détroit de Magellan, découvert au cours du voyage.

Conclusion, on connaît Magellan pour être le premier à avoir accompli le tour du monde, mais :

  • le tour du monde n’était pas son objectif initial ;
  • en plus, il ne l’a pas fini.
  • Le capitaine Elcano et son équipage méritent – tout autant – les honneurs.

Désolé de casser un mythe.

Juan Sebastián Elcano – Litografía de J. Donon en Historia de la Marina Real Española. Madrid, 1854

La carte en exergue est un extrait de la carte de l’Amérique du Sud dessinée et gravée par Juan de la Cruz Cano y Olmedilla en 1775.


1 commentaire

Micmac · 31 octobre 2020 à 16 h 07 min

Article intéressant. Bon anniversaire, Fernand !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :