Maria Sybella Merian, artiste et naturaliste

Publié par micmac le

Il y a un peu plus de trois siècles, s’éteignait à Amsterdam à l’âge de 70 ans Maria Sybella Merian qui consacra une grande partie de sa vie à l’étude des insectes et particulièrement de la métamorphose des papillons. Élevée dans une famille et un environnement artistique (son père Matthäus Merian était un graveur et éditeur réputé, son beau-père un peintre de fleurs), elle développa un grand talent pour le dessin et la peinture, qu’elle exerça en prenant pour modèle les fleurs et les insectes des jardins.

Jacob Marrel – Portrait de Maria Sibylla Merian – 1679 – Jacob Marrel était le beau-père de Maria Sybella

Sa méticulosité dans l’examen des insectes la conduisit à s’intéresser tout particulièrement à la transformation des chenilles en papillons, à une époque (fin du 17e) où les insectes étaient considérés comme des créatures du diable parce que l’on croyait à leur génération spontanée à partir de matières en putréfaction.

Planche extraite de Histoire générale des insectes de Surinam et de toute l’Europe – Marie Sybille de Merian

Fait assez extraordinaire pour une femme en ces temps, elle a réussi à vivre de son art et été reconnue comme une artiste accomplie et une entomologiste experte. De plus, elle n’a laissé personne diriger sa vie personnelle et elle est allée jusqu’à se déclarer veuve alors que son mari était encore en bonne santé parce que la procédure de divorce traînait trop à son goût.

Grâce à ses bonnes relations, elle put accomplir un voyage d’exploration de 2 ans au Suriname, alors colonie hollandaise d’Amérique du sud. De cette expédition qu’elle dut interrompre paludisme oblige, elle tira son chef-d’œuvre majeur paru en 1705 : Metamorphosis insectarium Surinamensium. Les insectes y sont mis en scène dans de grandes gravures mises en couleur à la main ; ils sont représentés sur des spécimens botaniques : ananas, banane, cacao, etc.

Planche extraite de Histoire générale des insectes de Surinam et de toute l’Europe – Marie Sybille de Merian – Planche II

Chaque planche dessinée est accompagnée d’une page d’observations très détaillées. Rédigées initialement en latin, comme l’exigeait la pratique, elles furent successivement traduites en allemand et en français. Leur lecture montre la rigueur scientifique de Marie Sybille.

Planche extraite de Histoire générale des insectes de Surinam et de toute l’Europe – Marie Sybille de Merian – Explications de la planche II ci-dessus

L’ouvrage s’est mal vendu mais il fera cependant sa célébrité posthume. En effet, ses filles, elles-mêmes illustratrices, dont l’une l’avait accompagnée au Suriname, ont publié, après sa mort en 1717, plusieurs nouvelles éditions remaniées et augmentées. Gallica a numérisé notamment les trois tomes d’une version en français publiée encore plus tard, en 1771, soit près de 70 ans après sa mort, sous le titre Histoire générale des insectes de Surinam et de toute l’Europe, qui offrent une bonne qualité de numérisation.

On ne trouve pas que des fleurs et des insectes dans ses ouvrages, elle a peint également des reptiles, des amphibiens, des araignées, etc.

Planche extraite de Histoire générale des insectes de Surinam et de toute l’Europe – Marie Sybille de Merian – Ce crocodile défend son œuf en train d’éclore contre la voracité d’un python.
Planche extraite de Histoire générale des insectes de Surinam et de toute l’Europe – Marie Sybille de Merian – Un varan ? Un gros lézard en tout cas. Marie Sybille le nomme Sauvegarde
Planche extraite de Histoire générale des insectes de Surinam et de toute l’Europe – Marie Sybille de Merian – Planche de la mygale : elle serait à l’origine du mot allemand pour mygale, Vogelspinne, ce qui signifie araignée – oiseau, la mygale en bas à gauche de la planche dévore un petit oiseau
Planche extraite de Histoire générale des insectes de Surinam et de toute l’Europe – Marie Sybille de Merian
Planche extraite de Histoire générale des insectes de Surinam et de toute l’Europe – Marie Sybille de Merian
Planche extraite de Histoire générale des insectes de Surinam et de toute l’Europe – Marie Sybille de Merian – Planche de la grande couronne impériale

Artiste, naturaliste, exploratrice, indépendante, Maria Sybille Merian laisse le souvenir d’une femme assez peu ordinaire. Bien reconnue par ses pairs artistes et scientifiques de son vivant, son œuvre a été redécouverte à la fin du 20e siècle. Peut-être pas en France, mais au moins en Allemagne où elle a longtemps séjourné et travaillé : hommage suprême, son portrait a illustré le dernier billet de 500 Deutsche Mark. C’est dire …

Plus modestement et moins coûteux, un article du blog de Gallica qui commémorait les 300 ans de sa mort : Maria Sibylla Merian, femme et illustratrice.


0 commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :