Illustrer les mois de l’année

Publié par micmac le

J’aime bien les calendriers et je suis souvent à la recherche d’idées pour composer le mien et illustrer les différents mois de l’année. Et voila que sur Gallica, on m’en fournit la collection complète ! 

Jacques Callot (1592 – 1635) est un dessinateur et graveur lorrain, dont l’œuvre la plus connue aujourd’hui est une série de dix-huit eaux-fortes intitulée Les Grandes Misères de la guerre, évoquant les ravages de la Guerre de Trente Ans qui se déroulait alors en Europe. Quand il la réalise, il a 40 ans et est considéré comme l’un des maîtres de l’eau-forte.

Jacques Callot - Les Grandes Misères de la guerre - La maraude - © Chalcographie du Louvre

Sa vocation de dessinateur s’est affirmée très tôt, mais elle fut tout aussi rapidement contrariée par sa famille. Après deux fugues du jeune Jacques jusqu’à Rome pour travailler avec les artistes en vogue à l’époque, son père céda finalement et l’envoya à 16 ans étudier la gravure … à Rome.

C’est donc vers 17 ou 18 ans, dans l’atelier de Philippe Tomassin graveur établi à Rome depuis une vingtaine d’année, qu’il a réalisé la série Les mois, composée de douze pièces gravées au burin, copiée sur les gravures d’Adrien et Hans Collaert, d’après les dessins de Joos de Momper.

Les gravures représentent des paysages et des personnages se livrant aux occupations propres à chaque mois de l’année. Chacune porte dans le ciel le signe du zodiaque. Au premier plan se situe un grand personnage destiné à donner plus de perspective au sujet

Ci-dessous, je vous propose ce travail de jeunesse d’un surdoué du dessin et de la gravure, qui pourra parfaitement servir à illustrer un calendrier.

Si vous voulez accéder directement aux douze images de la série Les Mois sur Gallica, c’est par ici : rapport de recherche

Pour Les Grandes Misères de la guerre, c’est par là, mais je vous préviens ça n’est pas drôle du tout. Louis XIII voulait absolument attirer Jacques Callot à Paris, mais celui-ci n’en avait aucune envie depuis la prise de Nancy, sa patrie, par les troupes françaises. En réponse à l’invitation royale qu’il avait refusée, il réalisa cette série pour dénoncer les crimes de guerre …

%d blogueurs aiment cette page :