Ma Bretagne quand elle souffle

Après Beatriz en novembre dernier, c’est avec Gareth que j’ai accompli ce périple de trois jours en terre finistérienne. C’est le petit nom d’une forte tempête qui a balayé le nord de la France, en commençant comme il se doit par la pointe du Finistère.

L’avantage du passage d’une dépression est le ciel de traîne qui lui succède avec son air limpide et ses magnifiques couleurs … quand il ne pleut pas.

Pointe de Saint-Mathieu

La commune du Conquet a parsemé ses lieux touristiques de panneaux d’information avec une vielle photo de l’endroit. Il n’en faut pas plus pour que je succombe au petit jeu de comparaison avant-après. Ci-dessous, le quai du Drellac’h. Pas grand changement, si ce n’est la montée des eaux due au réchauffement climatique .. Non, je rigole !

Mes pérégrinations m’ont mené une fois de plus vers Meneham et la côte nord du Finistère, qu’on appelle aussi le pays pagan (païen, quoi !, le pays des pilleurs d’épaves, brrr!). Je vous en ai déjà parlé ici et encore .

En passant par Morlaix et son port, j’ai trouvé cette fresque maritime réalisée voici quelques années par Gwendal Larher. Sur son site Fresques & Trompe-l’œil, on peut voir certaines de ses réalisations, son atelier est tout proche.

IMX_8417-2
Gwendal Larher - Fresques et trompe-l'œil

Entre deux grains, tour de la presqu’ile de Kermorvan à pied sous un vent très violent.

Avant de m’éloigner des côtes de la mer d’Iroise pour regagner les bords de Seine, je fais un détour par le fort de Bertheaume. Je vous en ai déjà parlé dans cet article.

Fort de Bertheaume - Plougonvelin

C’est un site exceptionnel, malheureusement rendu quasiment inaccessible par la politique de la commune de Plougonvelin, propriétaire des lieux. Si elle a fait beaucoup de travaux pour remettre le fort en état après 50 ans d’abandon, on sent qu’il n’est question actuellement que de rentabilisation. Le fort n’est ouvert que pendant les mois de juillet et août et il est « vendu » pendant cette courte période à une société privée qui organise des tyroliennes. On voit les mâts et les câbles sur la photo ci-dessus. 

Dommage, on pourrait faire beaucoup plus accueillant et moins mercantile.

Un fort fermé 10 mois sur 12
Sur ce beau panneau d'informations, on peut admirer, 10 mois sur 12, tout ce à quoi on ne peut accéder !
Un site comme celui-là ne devrait pas être assimilé à une simple attraction de fête foraine.

Le titre de l’article est une référence à la chanson de Jean-Michel Caradec, Ma Bretagne quand elle pleut.

Plus de photo sur ma galerie : Bretagne en mars 2019