Paula Rego, c’est du brutal !

Je me permets de paraphraser Raoul, une exposition pareille, « faut reconnaître, c’est du brutal » ! C’est du moins ce que j’ai ressenti devant les œuvres exposées de Paula Rego au musée de l’Orangerie.   

Comme le dit le dossier de presse,  « Paula Rego se distingue par une œuvre fortement figurative, littéraire, incisive et  singulière« .  C’est pour cela que je parle de « brutal » à propos de tout ce qui nous est présenté de son œuvre, car devant chaque tableau j’ai cru recevoir une claque. Le plus violent est peut-être Guerre, en exergue de cet article, qui a été inspiré à Paula Rego par une photo de la guerre en Irak, mais tous ont une grande force d’expression.

Née à Lisbonne, Paula Rego a pu, grâce à une bourse, quitter le Portugal pour faire ses études d’art à Londres à la Slade School of Arts. Naturalisée britannique et mariée à un peintre anglais, elle a fait partie de l’École de Londres aux côtés de Francis Bacon, Lucian Freud, Frank Auerbach, David  Hockney. Excusez du peu !

« Peintre, elle élabore avec virtuosité de grands polyptyques au pastel. Habitée par une certaine littérature et culture visuelle du XIXe siècle,  réaliste et fantastique, Paula Rego entremêle de manière très contemporaine ces  références (Jane Eyre, Peter Pan, Daumier, Goya, Lewis Carroll, Hogarth,  Ensor, Degas…) à des éléments fortement autobiographiques et des  éléments du réel, celui du monde actuel et de ses enjeux sociaux et  politiques. Narratifs, grinçants, ses tableaux semblent issus de quelque conte cruel et évoquent la condition féminine dans des scènes étranges,  à contre-courant des codes sociaux « .

Petite revue en images :

Je ne connaissais pas du tout cette artiste et pour tout dire, je n’en avais jamais entendu parler (Pauvre Paula, j’espère qu’elle s’en remettra). Dans la presse, on dit que cette exposition est une anthologie et non pas une rétrospective, ce qui signifie que ce qui est exposé ne représente pas toutes les facettes de son œuvre. Comme elle est encore bien vivante, on va peut-être attendre un peu avant de la faire, cette rétrospective.

Pour en savoir plus :

Le musée de l’Orangerie a réalisé une petite vidéo sur cette exposition, en sacrifiant à la mode ridicule d’animer les personnages des tableaux. Mais bon ! cédons à cette habitude pour améliorer le référencement.

Laisser un commentaire