Godin ou l’utopie sociale

À une époque où nous sommes dirigés par des capitalistes sauvages qui font fi de l’Homme, il est utile (mais sans doute utopique) de rappeler que certains esprits éclairés ont cru au progrès technique dans la perspective d’améliorer la société.  Ça ne date pas d’aujourd’hui, ça se saurait, mais du 19ème siècle, époque où la société industrielle en devenir enrichissait les bourgeois en oubliant les ouvriers.

Jean-Baptiste André Godin, nourri des théories du philosophe Charles Fourier, fit construire, à partir de 1859, le familistère proche de son usine de poêles en fonte située à Guise en Picardie.

Le Palais social

Lors d’un voyage rapide vers les Hauts-de-France, nous avons fait escale à Guise, au coeur de l’Aisne, pour faire la visite du familistère. Vaille que vaille, le site survécu à plus de 150 ans d’histoire parfois assez mouvementée. Mais il ne reste plus que 6 familles  dans leur logement alors qu’il y a eu jusqu’à 1500 personnes hébergées aux plus grandes heures de cette utopie sociale. Le familistère, désormais géré pas un syndicat mixte associant des collectivités locales, a été rénové à partir de l’an 2000 pour devenir un musée et une partie des bâtiments doit être également transformée en hôtel.

Le Palais social

Du souffle initial, il ne reste que des inscriptions sur les murs.

Les principes fondateurs de familistère

IL EST TEMPS DE SE DEMANDER SI CEUX QUI CRÉENT LA RICHESSE N’ONT AUCUN DROIT AUX BIENFAITS ET AUX SPLENDEURS QU’ELLE PROCURE. 

L’ASSOCIATION EST LE PRINCIPE QUI EFFACERA CES RESTES DE SERVITUDE PERPÉTUÉS DANS LA SOCIÉTÉ MODERNE SOUS LA FORME DU SALAIRE. 

L’ARCHITECTURE DE L’HABITATION DOIT ÊTRE LA REPRÉSENTATION DE L’UNION PARMI LES HOMMES, AUTANT COMME ELLE A ÉTÉ JUSOU’ICI L’IMAGE DE LA DIVISION QUI RÈGNE PARMI EUX. 

Mais il faut garder de tels lieux de mémoire et, localement, le camarade patron Godin jouit encore d’un très grand respect comme on peut le constater dans le film suivant.

On visite l’appartement occupé par Godin et sa compagne Marie Moret, ainsi que quelques logements de famille d’ouvriers, plus ou moins reconstitués avec des meubles d’époque. D’autres espaces sont transformés en lieux d’exposition. En dehors du Palais social, on peut également découvrir le théâtre, la buanderie (avec une piscine), l’économat (transformé en buvette restaurant).

La cour intérieure du bâtiment central protégée depuis l’origine par une immense et splendide verrière
un logement de 1968 reconstitué
Les escaliers sont aussi de toute beauté
Le séchoir aménagé dans les combles de la buanderie
Le théâtre du familistère avait aussi pour vocation de former les habitants à l’art de la comédie

Pour voir plus de photos, on peut visualiser cet album.

Critiqué de toute part aussi bien par les patrons que par les hommes politiques communistes et socialistes (je ne parle pas des autres), le familistère a cependant joué son rôle social jusque dans les années 1960, les successeurs de Godin ayant su poursuivre son oeuvre. Mais la situation s’est progressivement délitée et a conduit au quasi abandon du familistère dans les années 1990.

Le projet qui a permis sa restauration à partir de 2000 s’appelle UTOPIA …