Le tombeau de Philippe Pot

Avec la carte des Amis du Louvre, je profite maintenant du plus beau musée du monde comme si ce lieu magique m’appartenait. Je peux déambuler sans but précis avec pour seul objectif (humour !) de trouver la bonne prise de vue pour faire – encore – quelques photos. Ou bien, au contraire, choisir un thème à l’avance et décider de d’y consacrer entièrement une visite sans se laisser distraire par autre chose.

Ces derniers temps, j’ai découvert sculptures et statues de toutes les époques. Je croyais que cet art avait atteint son apogée avec de petites choses comme la Victoire de Samothrace ou la Vénus de Milo et que tout le reste n’était que plus ou moins bonnes copies. Mais j’ai vite oublié ces préjugés en comprenant que de tous temps les sculpteurs avaient réalisé des œuvres originales d’inspiration sans cesse renouvelée, témoignant d’une grande maîtrise technique et que, en croyant faire preuve de culture, nous traitons d' »étonnamment modernes ».

C’est nous, au vingt-et-unième siècle, qui, parfois, ne faisons que copier. Exemple qui me fascine : le tombeau de Philippe Pot, grand seigneur bourguignon, dans une mise en scène qu’on pourrait croire sorti d’un opus quelconque de la Guerre des étoiles lors des obsèques d’Obi-Wan Kenobi. Mais cette œuvre date de la fin du quinzième siècle et franchement, c’est nous qui sommes des imitateurs.

Gagnons la salle 10 du rez-de-chaussée de l’aile Richelieu pour la preuve en images.

IMB_1504
Le gisant de Philippe Pot est porté par huit pleurants, chacun représentant un « quartier » de noblesse du défunt personnage

IMB_1500
Ce tombeau étant destiné à surmonter la sépulture, les statues des personnages sont de taille réelle
IMB_1608
Chaque pleurant est différent

IMB_1611Paradoxalement, le personnage de Philippe Pot est plus difficile à contempler car il est situé en hauteur. Ce sont les huit pleurants qui attirent les regards du visiteur.

IMB_1612
Signe de fidélité, un chien est couché aux pieds de son maître

IMB_1615

IMB_1672 IMB_1674Pas facile de voir le tombeau dans sa totalité. Ci-dessous, un emprunt à la base du Louvre.

Le tombeau de Philippe Pot vu de haut – © Le Louvre

Dans une salle voisine (salle 9 du rez-de-chaussée de l’aile Richelieu), on peut contempler deux autres pleurants, portant des livres. Ils ne sont pas en situation comme leurs huit collègues. Ils sont aussi beaucoup plus petits (environ 40 centimètres de hauteur). Mais le réalisme de leur représentation est admirable.

IMB_1601 IMB_1606


Post-scriptum : on me souffle dans mon oreillette qu’il n’y a pas de scène sur l’enterrement d’Obi-Wan Kenobi dans la Guerre des étoiles. Dommage, je suis sûr qu’elle aurait ressemblé à celle du Louvre.


Post-scriptum 2 : je croyais qu’on disait « pleureur », mais la base du Louvre parle de « pleurant ». Je m’aligne car ce sont eux les sacheurs, pardon, les sachants.


 

2 réflexions sur « Le tombeau de Philippe Pot »