Les artistes en exil à Londres

Un autre effet du Brexit ? Non, plus simplement, il s’agit d’un compte-rendu tardif d’une exposition qui s’est tenue au Petit Palais en 2018 et que j’ai oublié de présenter à l’époque. On va dire que c’est pour commémorer les 150 ans des événements ayant conduit à cet exil … Lire la suite…

Par micmac, il y a

Revue de presse : Le majordome, la vieille dame et les Caillebotte – Le Parisien

Le musée d’Orsay vient de recevoir le legs de 5 œuvres du grand peintre impressionniste, via le testament d’une habitante de Levallois récemment décédée, qui n’avait prévenu personne. Source : Le majordome, la vieille dame et les Caillebotte – Le Parisien Ça change des collectionneurs professionnels et autres mécènes habituels … Lire la suite…

Par micmac, il y a

Gratin de la bêtise : Emil Bührle, marchand de canons et collectionneur d’art sans scrupules

Quand un musée parisien n’hésite pas à chanter les louanges d’un marchand d’armes, collaborateur assidu des nazis, voleur sans scrupule, sous prétexte qu’il a amassé une grande collection d’œuvres impressionnistes … Source : Emil Bührle, marchand de canons et collectionneur d’art sans scrupules « Le collectionneur, qui a fait fortune en vendant Lire la suite…

Par micmac, il y a

Collections privées au musée Marmottan

Les collections du musée Marmottan Monet sont toutes issues de legs et de dons, provenant de « généreux donateurs » comme on dit, depuis Paul Marmottan, l’initiateur, jusqu’aux descendants de Claude Monet ou de Berthe Morisot. Il se définit lui-même comme le musée des collectionneurs et estime tout naturel de rendre hommage à ces « amateurs » en proposant des expositions mettant en lumière leurs collections privées, comme celle qui se déroule actuellement sous cet intitulé.

Marmottan Monet – expo Collections privées

(suite…)

Par micmac, il y a

Frédéric Bazille, putain de guerre !

Toutes les guerres sont à vomir. Dans l’imaginaire collectif, certaines sont cependant plus héroïques que d’autres, ce sentiment étant scrupuleusement entretenu par ceux qui n’en ont pas souffert et s’y sont enrichis, en vue de bien préparer la suivante.

Par contre, celle de 1870, qui annonçait déjà « La Grande », a été bien ridicule, laissant deux empereurs, pitoyables épaves de l’ancien temps, s’affronter par l’intermédiaire des peuples qui auraient eu bien d’autres choses à faire que s’étriper.

Elle n’a pas duré bien longtemps cette guerre, juste le temps de faire deux à trois cent mille victimes. Parmi elles, un jeune peintre particulièrement talentueux, Frédéric Bazille, qui s’est engagé sans doute par dépit ou pour prouver à sa famille qu’il valait quelque chose… Il est tué lors de son premier assaut.

Le musée d’Orsay rend hommage à Frédéric Bazille

(suite…)

Par micmac, il y a