28 juillet en tableaux

Publié par micmac le

Je ne suis pas un fan des anniversaires, je préfère de loin fêter 364 non-anniversaires, mais une petite commémoration de temps en temps ne peut pas faire de mal.

Aujourd’hui 28 juillet est l’occasion de sortir deux tableaux (et un dessin) de ma photothèque. Le premier pour célébrer La Liberté guidant le peuple.

Eugène Delacroix – La liberté guidant le peuple –

Cette célébrissime toile d’Eugène Delacroix rend hommage aux manifestants qui descendirent dans les rues de Paris pour expulser le pitoyable Charles X lors des Trois Glorieuses des 27, 28 et 29 juillet 1830. Déjà à l’époque, le pouvoir avait prévu de prendre des ordonnances pour réduire les libertés (dont celle de la presse) pour mieux gagner les élections suivantes. Rien ne change vraiment.

Mais ces trois journées de révolution n’ont pas suffit à rétablir la République, puisque c’est le petit cousin Louis-Philippe qui est monté sur le trône, appelé par les parlementaires libéraux. Un tout petit peu moins traditionaliste que son prédécesseur, Louis-Philippe ne tardera pas cependant à montrer ses limites et les Républicains n’arrêteront pas de lui faire opposition et de le caricaturer.

Honoré Daumier – Caricature de Louis-Philippe : Le passé, le présent, l’avenir –

Lorsqu’il commencera à sévir contre l’agitation républicaine, il subira un grand nombre d’attentats, dont celui du 28 juillet 1835 lors d’un grand défilé destiné à célébrer les 5 ans de la Monarchie de Juillet. Fomenté par Giuseppe Fieschi sur le boulevard du Temple, cet attentat a été immortalisé par Eugène-Louis Lami, peintre de la vie élégante et bourgeoise. Voici le second tableau anniversaire du 28 juillet.

Eugène Lami – revue de la garde nationale, attentat de Fieschi 28 juillet 1835
Eugéne Lami – revue de la garde nationale, attentat de Fieschi 28 juillet 1835 – Détail

Ayant échappé à la mort, Louis-Philippe sortit grandi de cet événement (il y a eu plus de 20 morts tout de même) et en profita pour accentuer la répression contre les Républicains. Il faudra attendre la Révolution de 1848 pour que la royauté soit définitivement abolie en France, par la Deuxième République. Celle-ci, éphémère, cédera la place au Second Empire quatre ans plus tard lorsque le premier Président de la République française se proclamera empereur.


Pour en savoir plus sur le 28 juillet :

  • Le 28 juillet 1818, Gaspard Monge, célèbre mathématicien et homme politique opportuniste, est mort à Paris.
  • Le 28 juillet est le jour de commémoration du Grand Dérangement au Canada, période de l’histoire de l’Acadie qui vit les Anglais exproprier et déporter en masse les populations francophones d’Amérique du Nord dans la seconde moitié du 18e siècle. Cette déportation constitue une des premières opérations de nettoyage ethnique de grande envergure, Merci aux Anglais d’avoir montrer la voie …
%d blogueurs aiment cette page :