Ciels de janvier

Voici une petite galerie de photos de paysages sous des ciels de janvier, très changeants. J’ai parfois laissé le bruit parce que ça se prête bien aux traitements en noir et blanc, j’en ai même rajouté une fois pour cacher le flou (mais ça se voit !).

Promenade aérienne au-dessus du Léon

Dans cette vidéo découverte sur Youtube, il n’y a que des coins que je connais bien, sauf l’église en ruine de Quimerch (située au centre du Finistère). Bravo au réalisateur qui nous a fait ces belles images.

Il s’agit plus précisément du Léon (Finistère nord) vu du ciel que la Bretagne toute entière.

 


 

Images d’antan et de maintenant (suite)

J’avais promis une suite pour l’article « Images d’antan (1873) et de maintenant » car il me manquait des prises de vue pour assurer une meilleur comparaison. C’est maintenant chose faite, j’en ai profité pour présenter différemment les photos qui sont maintenant collées l’une à l’autre pour que la co-visualisation soit plus facile et plus instructive.

Voici donc les mêmes sites actualisés.

L'abbaye de Saint-Mathieu - J. Duclos 1873 - MF 2013
L’abbaye de Saint-Mathieu – J. Duclos 1873 – MF 2013

 

La pointe de Saint-Mathieu - J. Duclos 1873 - MF 2013
La pointe de Saint-Mathieu – J. Duclos 1873 – MF 2013

 

Le Conquet depuis Kermorvan - J. Duclos 1873 - MF 2013
Le Conquet depuis Kermorvan – J. Duclos 1873 – MF 2013

 

La pointe de Kermorvan - J. Duclos 1873 - MF 2013
La pointe de Kermorvan – J. Duclos 1873 – MF 2013

Je n’ai pas mis l’horizon au milieu de ma photo comme l’a fait J. Duclos, mais je trouve que c’est plus joli comme ça ! Le format ovale impose peut-être une mise en page de ce type, sinon les points d’intérêt seraient trop porche du bord …

La pointe du Minou - J. Duclos 1873 - MF 2013
La pointe du Minou – J. Duclos 1873 – MF 2013

Je pensais avoir trouvé le bon angle de vue pour cette dernière comparaison à la pointe du Minou, mais J. Duclos devait être situé un peu plus haut et à droite. Je ne suis pas sûr que ce soit possible de se poster au même endroit que lui, car les broussailles ont poussé depuis 140 ans et ne permettent pas d’avoir une vue dégagée sur le phare. On se contentera donc de cette comparaison approximative…

Paysages de marée

La marée est un phénomène naturel qui me fascine, et cette attirance est sans aucun doute alimentée par la beauté des paysages littoraux qui se transforment en permanence.

Je suis tombé par hasard sur le site d’un photographe anglais, Michael Marten, qui a fait des photos de ces transformations en mettant en vis-à-vis des photos du même paysage à marée basse et à marée haute (il a même fait un livre sur ce sujet).

C’est ici : http://www.michaelmarten.com

michael_marten_sea-change

 

Je me suis déjà amusé à faire ce même exercice sur les paysages marins que je connais bien et que je fréquente régulièrement, ce qui donne les résultats suivants (merci à iZa pour ses conseils techniques).

À Argenton, petit port de la commune de Landunvez.

ARGENTON_compar

 

Au port du Conquet, plus exactement sur le quai du Drellach.

LE_CONQUET_compar

 

Sur le site de Michael Marten, il y a aussi des vidéos qui montrent l’avancée de la mer tout au long de ma marée (il faut aller voir dans Sea change – Animation).

On peut aussi admirer ce phénomène sur le site de Diabox, société brestoise qui propose des dispositifs de suivi en temps réel de la météo pour ceux qui veulent agrémenter leur site web (exemple de la pointe de Kermorvan).

On peut y voir des vidéos des jours précédents résumant le temps qu’il a fait sur 24 heures en 2 minutes 30 secondes. Exemple de l’île Wrac’h le 20 décembre 2013 (il faut patienter ou faire avancer la vidéo pour atteindre le lever du soleil) : vidéo de l’île Wrac’h le 20/12/2013

C’est certes moins esthétique que la vidéo de notre photographe mais c’est actualisé chaque jour.

Vu du ciel

Voici quelques très belles images aériennes de Plougonvelin et du site de la pointe Saint-Mathieu, qui donnent envie d’investir dans un drone et une GoPro pour en faire d’aussi belles soi-même …

Sensation Bretagne : Plougonvelin – Pointe Saint-Mathieu – Finistère from SaintThomasTV on Vimeo.

Pour changer un peu

Pour changer un peu des photos anciennes ou contemporaines, voici une image hors du temps.
Oui, une aquarelle d’iZa, faite rien que pour le blog, un original sur du papier avec de la couleur.

Une aquarelle de la pointe de Kermorvan - Merci iZa ©
Une aquarelle de la pointe de Kermorvan – Merci iZa ©

Et pour ceux qui voudraient savoir où cela se trouve, un peu de cartographie, de manière tout aussi originale.

C’est une cartographie basée sur OpenStreetMap (OSM pour les intimes). OSM est une base de données géographiques mondiale, sous licence libre et ouverte qui permet à tout le monde de faire sa propre carto sans avoir besoin d’acheter des données à l’IGN ou à ses confrères étrangers.

Les données ne sont pas toujours très exactes ou très précises, cela dépend de la motivation des contributeurs bénévoles. Mais elles sont souvent beaucoup plus rapidement mises à jour …

Le site http://maps.stamen.com exploite OSM pour créer ses propres cartes, dont ces très jolies « aquarelles ». Je vous invite à aller y faire un tour.

En fait, il « suffit » de créer un style de représentation pour chaque type d’objet présent dans la carte : un fond bleu pour l’eau, un fond vert pour la végétation, des styles de ligne pour les routes, etc. Ensuite, les moteurs cartographiques utilisés pour afficher les cartes dans les pages web lisent les données (dans OSM) et y appliquent le style choisi (qui peut varier selon l’échelle) et voila le résultat !

 

Encore des comparaisons

L’exercice de comparaison des paysages entre 1873 et nos jours peut être étendu à toute la Bretagne. En effet, GéoBretagne permet de visualiser en vis-à-vis des photos aériennes des années 50 (1950, je précise !) avec les orthophotos actuelles diffusées par l’IGN.

Pour Kermorvan et Le Conquet par exemple, ça se trouve ici, mais bien entendu on peut se déplacer sur toute la Bretagne, sauf la Loire-Atlantique. Au passage, vous noterez l’absence, dans les années 50, de la digue Saint-Christophe, qui n’a été achevée qu’en 1969 comme je l’ai déjà raconté par ailleurs. Continuer la lecture de « Encore des comparaisons »

Images d’antan (1873) et de maintenant

J’avais commencé à faire ce genre de rapprochement avec une photo du port d’Argenton. L’idée est de comparer les sites photographiés en 1873 par un certain J. Duclos (disponibles sur le site de la BNF) avec les paysages d’aujourd’hui. J’ai profité d’une visite dans ce beau pays d’Iroise pour compléter ma collection de photos de référence. Voici les résultats.

Pointe et abbaye de Saint-Mathieu

L'abbaye Saint-Mathieu en 1873
L’abbaye Saint-Mathieu en 1873

L'abbaye Saint-Mathieu en 2013
L’abbaye Saint-Mathieu en 2013

La pointe Saint-Mathieu en 1873
La pointe Saint-Mathieu en 1873

La pointe Saint-Mathieu en 2013
La pointe Saint-Mathieu en 2013
En farfouillant dans mes photos, j’ai déniché une prise de vue de 2007 qui correspond mieux à celle de 1873 : les premiers plans herbeux et rocheux sont plus proches

La pointe Saint-Mathieu en avril 2007
La pointe Saint-Mathieu en avril 2007

La principale évolution en 140 ans est la construction du sémaphore de la marine nationale et de ses bâtiments annexes, édifiés en 1906 au plus près de la pointe. Sinon, le phare, construit en 1835, semble en meilleur état cette année qu’en 1873 mais il faut préciser qu’il vient d’être repeint (au début de cette année, il était moins fringant !). Il y a également des maisons en plus dans le petit hameau.

Le Conquet

Le Conquet vu de Kermorvan en 1873
Le Conquet vu de Kermorvan en 1873

Le Conquet vu de Kermorvan en 2013
Le Conquet vu de Kermorvan en 2013

J’ai repris une photo du début de l’année pour faire la comparaison, car je n’ai pas eu le temps de rechercher le point exact où J. Duclos s’était mis en station. Je le ferai à ma prochaine visite. En attendant, on constate de nombreuses constructions supplémentaires en un siècle et demi. Mais, et ça ne se voit pas sur les photos, une grande différence entre la fin du XIX ème siècle et maintenant, c’est l’extension du port avec la construction de la digue Sainte-Barbe à l’entrée de la ria (débutée en 1925, elle n’a atteint sa taille actuelle qu’en 1969). Auparavant, la première jetée était celle que l’on voit sur la photo.

La pointe de Kermorvan

La pointe de Kermorvan en 1873
La pointe de Kermorvan en 1873

La pointe de Kermorvan en 2013
La pointe de Kermorvan en 2013

Pour cette photo, je pense avoir trouvé l’endroit exact (à deux cailloux près) où J. Duclos avait posé son appareil. L’évolution notable du site, c’est bien sûr la construction des blockhaus sur le site. À noter que les allemands vont détruire beaucoup de vestiges historiques sur l’ensemble de la presqu’île, dont le cromlech qui a quasiment disparu.

La tourelle de la Grande Vinotière (au large) n’était pas encore construite. Elle le sera sans tarder, et avec quelques difficultés, car les cailloux situés à cet endroit sont un danger pour l’entrée du port du Conquet (qui est situé sur la gauche).

La pointe du Minou

La pointe du Minou en 1873
La pointe du Minou en 1873

La pointe du Minou en 2013
La pointe du Minou en 2013

Je ne suis pas allé au bon endroit, ce sera pour la prochaine fois. Il faut sans doute marcher quelques dizaines de mètres sur le GR et descendre vers la mer. Mais on distingue bien entendu, en 2013, le sémaphore construit par la marine nationale, qui constitue une verrue d’autant plus insupportable qu’il est maintenant abandonné. Je ne sais pas s’il est prévu de le démolir. On parie ?

On ne le voit pas sur ma photo, mais sur la droite du site, en haut de la chaussée qui mène au phare, il y a un blockhaus qui vient gâcher le tableau (alors, un sémaphore en plus ou en moins !).

Donc, à suivre …

Argenton d’hier et d’aujourd’hui

Je suis tombé par hasard sur des séries de photos du Nord-Finistère réalisées en 1873 par un certain J. Duclos. Cela m’a donné l’idée de faire une comparaison entre la photo et la situation actuelle.

Ça donne ceci :

Port d'Argenton et Phare du Four. [cote : PH125(21)A] - Source Gallica
Port d’Argenton et Phare du Four. [cote : PH125(21)A] – Source Gallica
et


Agrandir le plan

Mister Google, tu aurais pu monter ton appareil photo sur un mât un peu plus haut pour respecter le point de vue de notre collègue photographe de 1873. Mais, bon ! faut pas trop t’en demander, c’est déjà pas mal …

Pourquoi ne pas reprendre toutes les photos de ce monsieur Duclos, disponibles sur le site de Gallica et faire une comparaison hier – aujourd’hui, avec des photos à moi ?

Le bateau bleu qui semble amarré au fond du port, c’est en réalité un salon de thé, le « Fleur des thés ». C’est une bonne idée de halte en passant à Argenton (ça se trouve sur la commune de Landunvez).

Meneham, corps de garde du pays pagan

Le pays pagan (païen en breton) correspond au littoral du Finistère nord situé entre Guissény et Kerlouan, ou, si on veut être un peu plus expansionniste, entre l’Aber-Wrach et Tréflez.

Pour localiser le Pays pagan sur la carte du Nord-Finistère
Pour localiser le Pays pagan sur la carte du Nord-Finistère

Cette portion du littoral, très découpée, semée de cailloux et d’écueils très dangereux pour la navigation, a connu de nombreux naufrages tout au long de l’histoire (pour mémoire, en 1978, l’Amoco Cadiz, pétrolier de sinistre mémoire, a coulé à quelques kilomètres à l’ouest, au large de Portsall). Pour couronner le tout, ses habitants ont traîné pendant très longtemps une réputation de naufrageurs. Réputation sans doute exagérée mais tellement « romantique » à la fin du XIXème siècle pour faire frémir les bonnes âmes.

Extrait de l’article consacré à Meneham dans Wikipedia (le texte seulement, les photos sont à moi !) : « Construit pour surveiller la côté, le corps de garde, seul bâtiment tourné vers la mer, est le premier édifice du hameau de Meneham. L’incertitude demeure sur sa date de construction, qui n’est à ce jour pas connue. Longtemps attribué à Vauban (1633-1707), plusieurs éléments laissent à penser qu’il aurait été édifié vers 1756, soit une cinquantaine d’années après la mort du célèbre architecte. Le Duc d’Aiguillon, alors commandant en chef de la Province de Bretagne de 1753 à 1768, a, en effet, ordonné la construction de grand nombre de corps de garde sur le littoral breton. Il y a de fortes chances que celui de Meneham en ait fait partie.

Le corps de garde dans son écrin de granite
Le corps de garde dans son écrin de granite
Le corps de garde (ici vu depuis la plage) est le seul bâtiment "tourné vers la mer"
Le corps de garde (ici vu depuis la plage) est le seul bâtiment « tourné vers la mer »
L'entrée du corps de garde au milieu des rochers
L’entrée du corps de garde au milieu des rochers

À l’origine, le corps de garde abrite des miliciens, recrutés dans la paroisse de Kerlouan, puis des douaniers à partir de 1792. D’abord hébergés dans le village du Théven, à proximité de Meneham, les douaniers arrivent dans la caserne, construite au début des années 1840. Ils y restent avec leur famille, jusqu’en 1860 environ. Vers 1840, les premières maisons, dites de « rapport » sont construites. Petites, au toit de chaume avec peu d’ouvertures, ces maisons étaient louées à des familles de paysans.

Progressivement, à la fin du xixe siècle, le village s’agrandit : les petites maisons sont « doublées » pour accueillir de nouveaux foyers. Les conditions de vie au village restent difficiles. La proximité de la mer, la rudesse du sol et les tempêtes hivernales, ne facilitent pas la vie de ses habitants, une vie rythmée par le travail de la terre : préparation et amendement, plantations, entretiens, récoltes.

Cette activité ne permettant pas de subvenir aux besoins, les habitants se tournent tout naturellement vers la pêche côtière et la récolte du goémon. Les produits de la pêche, essentiellement des crustacés, étaient revendus aux mareyeurs. Quant à la récolte du goémon, elle nécessitait plus de travail et de bras. Tous les membres de la famille prenaient part au ramassage des différentes variétés, au séchage, à la mise en tas puis au brûlage afin d’obtenir des pains de soude, ensuite amenés dans une usine de traitement à Plouescat.

La vie à Meneham n’était certes pas facile, mais était ponctuée de moments de fêtes, notamment lors des fameuses fêtes Pagan. La fermeture de la chaumière en 1977 marquera la fin de cette époque. Petit à petit, le village se vide et les bâtiments tombent en ruines.

En 1989 la commune de Kerlouan lance une procédure d’acquisition du village tendis que le Conseil Général du Finistère achète des terres autour du hameau. Au début des années 2000, avec la Communauté de communes du Pays de Lesneven et de la Côte des Légendes, un projet de rénovation est engagé. Aujourd’hui restauré, le village ouvre ses portes aux visiteurs. »

meneham_plan_2
Sur ce montage, j’ai superposé le plan de l’aménagement à la photo aérienne du site. Tout ce qui est situé dans le cadre a fait l’objet de la restauration entre 2004 et 2008.

A l’occasion de mes visites successives sur le site de Meneham, j’ai pu constaté à deux ou trois reprises l’avancement des travaux.

Premières photos : en 2004. Ci-dessous, un panoramique réalisé en avril. En regardant bien, on constate que le site est en ruine, seuls les murs ont été renforcés pour éviter une dégradation plus importante.

Panoramique à 360° du site en 2004 : sur la droite de la photo (donc vers le sud), on voit très bien l'état des constructions avant le début de la restauration.
Panoramique à 360° du site en 2004 : sur la droite de la photo (donc vers le sud), on voit très bien l’état des constructions avant le début de la restauration.

D’un peu plus près, ce sont incontestablement des ruines !

Les futures échoppes des artisans
Les futures échoppes des artisans

Le massif rocheux du corps de garde était déjà là !
Le massif rocheux du corps de garde était déjà là !

Plus de toit, mais il y a toujours une cheminée
Plus de toit, mais il y a toujours une cheminée

Les vieilles coques sont déjà là à attendre on-ne-sait-quoi
Les vieilles coques sont déjà là à attendre on-ne-sait-quoi

En 2006, les travaux de restauration ont débuté. Sur le panoramique ci-dessous qui est plus modeste que le précédent (juste deux photos !), on s’aperçoit que la future auberge (à gauche) est bien avancée ainsi que les gîtes (à l’arrière plan sur la droite). L’espace artisans, devant les gîtes, est encore dans le même état que deux ans auparavant. Mais cela avance bien.

L'état du chantier en mars 2006
L’état du chantier en mars 2006
L'auberge en 2006 côté mer
L’auberge en 2006 côté mer
L'auberge en 2006 côté "jardin"
L’auberge en 2006 côté « jardin »

Le site a ouvert au public en 2008 mais je n’y suis pas retourné avant le mois de juillet 2011 où j’ai découvert l’ensemble des nouveaux aménagements (sous un soleil éclatant). Puis nous avons effectué une petite visite en cette année 2013 sous un ciel beaucoup plus chargé et moins propice aux belles photos. Mais admirons tout de même …

L'espace artisans
L’espace artisans

Une petite remise et le four à pain
Une petite remise et le four à pain

La maison du pays pagan, petit musée des traditions
La maison du pays pagan, petit musée des traditions

L'espace artisans (à comparer avec la photo plus haut)
L’espace artisans (à comparer avec la photo plus haut)

Les gîtes du site, étape sans doute bien prisée sur le GR34
Les gîtes du site, étape sans doute bien prisée sur le GR34

Une très belle restauration dans une architecture traditionnelle
Une très belle restauration dans une architecture traditionnelle

Les vieux bateaux sont toujours là
Les vieux bateaux sont toujours là

Un four à goëmon qui a servi il n'y a pas longtemps
Un four à goëmon qui a servi il n’y a pas longtemps

Le corps de garde, lui, est inamovible dans sa muraille de pierre (on dit que son toit a été construit en pierre car les villageois venaient voler les ardoises et le bois de la charpente à chaque relève des douaniers ou des gardes).

Depuis cette année, l'accès au corps de garde de ce côté-ci est interdit, pour régénérer la végétation de la dune.
Depuis cette année, l’accès au corps de garde de ce côté-ci est interdit, pour régénérer la végétation de la dune.

Et, avant de quitter le coin, encore deux points de vue : le premier est la vue depuis le corps de garde en direction du large.

La vue depuis le corps de garde : des cailloux, encore des cailloux, toujours des cailloux
La vue depuis le corps de garde : des cailloux, encore des cailloux, toujours des cailloux

Le second, en bord de mer, avec le tas de goëmon séché qui est là depuis de nombreuses années (on le distingue nettement sur le premier panoramique).

Panoramique au tas de goëmon séché
Panoramique au tas de goëmon séché

La jetée au pied du village, qui facilite l’accostage des bateaux de pêche, est en cours de reconstruction en ce mois de juin 2013 : voilà l’occasion de retourner bientôt pour faire de nouvelles photos.