6 millions de documents en ligne sur Gallica

Gallica annonce avoir atteint, ces jours-ci, le cap symbolique des 6 millions de documents numérisés. J’en suis très heureux car il y a quelques années il n’était pas du tout certain que les bibliothèques et autres établissements culturels publics soient en mesure de réaliser cette (r)évolution face à l’attitude hégémonique des GAFAM qui se proposaient de tout faire à leur place. Avec les conséquences qu’on peut imaginer pour la maîtrise de notre patrimoine.

Bibliothèque numérique de la BnF et de ses partenaires, Gallica propose régulièrement des outils permettant aux Gallicanautes d’aller plus loin que la simple découverte des documents numérisés : BDnF pour créer des BD à partir d’images de la bibliothèque, Gallica similitudes pour rapprocher les images, etc.

Tout récemment, une nouvelle application a été mise en œuvre, Gallicarte qui permet non seulement de voir sur une carte la localisation d’un document lorsque celui-ci a été géolocalisé mais également de modifier cette géolocalisation lorsque l’on estime pouvoir l’améliorer.

Gallicarte

Pour participer à l’amélioration de la géolocalisation, on utilise l’Arpenteur.

L’Arpenteur

Attention, quand on commence à jouer avec l’Arpenteur, il est difficile de s’arrêter…


Depuis le début de l’année, de nouveaux documents ont été numérisés, et notamment Le Roman de la Momie de Théophile Gautier, magnifiquement illustré par Georges Barbier.

On peut bien sûr lire ce roman en ligne.

Georges Barbier a également illustré une série de Falbalas et fanfreluches. Almanach des modes présentes passées et futures, publiés pendant quelques années dans les années 1920, sorte de magazines annuels consacrés à la mode, féminine principalement. Marie-Claire peut s’accrocher.

On lui doit aussi les illustrations du livre Vies imaginaires de l’écrivain symboliste Marcel Schwob.

Rendez-vous dans quelques mois pour les 10 millions …

Laisser un commentaire