Il faut raser le sémaphore du Minou

La Pointe du Minou, c’est la porte océane de Brest, comme le proclame le site web de la commune de Plouzané sur laquelle elle se situe.

Pour ceux qui ne connaissent pas bien le coin, c’est par ici sur le Géoportail.

Sur place, ça ressemble à ceci :

© – Youtube – Vidéo de Philippe Croguennec

Vous avez vu la verrue ? Oui, le truc blanc devant le phare ! On va y revenir.

Un peu d’histoire du site.

Face à la menace des Anglais au 17 ème siècle, Vauban a fait ériger bon nombre de fortifications tout au long du goulet de Brest. Le fort du Petit Minou est l’une d’entre elles.

Puis est venu un phare en 1848 ; le lieu est devenu touristique, un « hôtel – rôtisserie » a même été construit au début du 20 ème siècle, c’est là qu’ont été tournées en 1939 les premières séquences du film Remorques avec Jean Gabin et Michèle Morgan.

le_minou_1873
La Pointe du Minou en 1873 – Photographie de J. Duclos – © Gallica

Moins romantiques, les allemands ont occupé le site en 1940 et, avec leur sens aigu de l’aménagement du paysage, ont construit un énorme blockhaus. À la libération, il ne reste plus grand-chose, l’hôtel est rasé. Le phare est encore là, avec le blockhaus.

Nos vaillants militaires de la Marine Nationale ont ensuite construit un sémaphore devant le phare, surmonté d’un dôme abritant un radar. Il fallait faire face à la menace des soviétiques qui risquaient de venir attaquer nos sous-marins nucléaires basés pas loin, dans la rade de Brest.

Au début des années 1980, le radar est démonté, le site sera ensuite rendu à la société civile après quelques travaux de sécurisation (et pour faire disparaître les canettes de bière vides sans doute !).

IMX_3070
Élégance architecturale bien connue de la Marine Nationale qui ne ramasse même pas ses poubelles

Jusqu’en 2015, le site ressemble à ceci :

IMP_0301
La Pointe du Minou en 2013

La maison sur la droite, devant le blockhaus, dite du gardien de phare, a été construite dans les années 1960 et, depuis l’automatisation complète du phare en 1989, elle était abandonnée et se dégradait petit à petit.

Début 2015, elle a été démolie : article du Télégramme, article de Ouest-France. Je pensais naïvement trouver quelque part l’annonce de la démolition prochaine du sémaphore, mais je n’ai rien trouvé ! Pour le blockhaus, je ne me fais pas d’illusion, c’est impossible de le démolir, on pourrait en faire un mur destiné à accueillir les graffeurs, comme à la Pointe Saint-Mathieu :

« L’origine » de Zag & Sia sur les murs d’un blockhaus à la Pointe Saint-Mathieu

Mais le sémaphore, lui, on pourrait parfaitement le démolir pour redonner encore un peu plus de cachet au site, non ?

Si vous ne me croyez pas, regardez ci-dessous ce que cela pourrait donner !

Alors, convaincu ?

Parlez-en autour de vous, relayez cet article sur les réseaux sociaux, il faut que ce sémaphore soit rasé, démoli, anéanti, pulvérisé.

1 pensée sur “Il faut raser le sémaphore du Minou”