Épiphytes, une vie perchée

Publié par micmac le

Le Muséum national d’histoire naturelle propose, dans les grandes serres du Jardin des plantes, Automne Tropical, la nouvelle exposition annuelle sur la diversité du monde végétal. 

Pour cette première édition, le Jardin des plantes invite les visiteurs à un rendez-vous avec les plantes épiphytes, des végétaux qui étonnent par leur mode de vie original : elles vivent fixées sur les arbres. Plus de 500 plantes, issues d’une centaine d’espèces, ont été spécialement installées sur des troncs ou des structures. Plus d’un an a été nécessaire pour les installer.

UN MONDE PERCHÉ

Les épiphytes vivent sur les arbres sans les parasiter. Elles se développent sur un autre végétal comme un tronc, une branche ou même une feuille d’arbre, sans lien avec le sol. Ce mode de vie leur permet de bénéficier d’un accès direct à la lumière du soleil, d’échapper à la concurrence de la végétation du sous-bois, l’accès à un plus grand nombre de pollinisateurs, la dispersion des graines grâce au vent. 

UN DÉFI : SE NOURRIR LOIN DU SOL

Même au sein des forêts tropicales baignées dans une atmosphère saturée d’humidité, les plantes épiphytes doivent composer avec des périodes sans pluie et les aléas extrêmes de leur environnement, comme l’exposition directe au soleil ou au vent desséchant. 

Ne pouvant atteindre le sol, elles captent l’humidité atmosphérique et les éléments minéraux par des racines aériennes ou leur feuillage. Elles constituent ainsi des réserves d’eau de pluie dans des réservoirs ou des organes de stockage : tiges charnues, feuilles succulentes …

OÙ ViVENT-ELLES ?

Les forêts tropicales humides sont les plus riches en épiphytes, mais on en trouve aussi dans d’autres milieux, comme les forêts tempérées humides ou les forêts tropicales sèches. En France, se développent les mousses, les lichens et même certaines fougères. 

TOUTES PERCHÉES

Les plantes épiphytes sont majoritairement des orchidées, des aracées (famille de l’arum ou du monstera), des broméliacées (famille de l’ananas), des fougères, des mousses, etc. 

Saviez-vous qu’il y a aussi des cactus épiphytes ? Ceux perchés en forêt sont bien différents de leurs homologues des déserts. 

Il y a aussi des herbacées comme les bégonias ou les peperomias, des plantes carnivores comme les népenthes et même des plantes à fourmis comme les myrmecodias.

Maintenant que vous en savez un maximum sur les plantes épithètes grâce à ces informations fournies par le Jardin des plantes, place à une petite galerie de photos.

Profitez d’un peu de chaleur tropicale en ces journées automnales et un peu frisquettes. L’exposition dure jusqu’au 15 novembre prochain.

La grande galerie de l’évolution du muséum naturel d’histoire naturelle

0 commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :