Le Lavo//Matik : la rue de l’art de rue

Le long du boulevard du Général-Jean-Simon, un petit tronçon des boulevards des Maréchaux, tout près de la Seine, parmi les immeubles qui poussent comme des champignons, une galerie consacrée au street art et plus généralement aux arts urbains, le Lavo//Matik, s’est installée depuis bientôt quatre ans.

La vitrine du LAVO//MATIK sur les Maréchaux dans le 13ème

Leur page facebook fait les présentations :

Le Lavo//Matik est un espace situé dans le quartier Paris Rive Gauche, dans le 13° arrondissement, dans lequel vous retrouverez ou découvrirez des artistes et créateurs bourrés de talent, connus ou moins connus, voire inconnus, dont le point commun est cette passion des cultures urbaines : pochoir, graff… sous toutes leurs formes ou presque, objets originaux bizarres et variés, disques vinyles et même encore quelques CD, le tout pimenté à la sauce punky reggae party !

Au programme :

  • Expos en permanence
  • Librairie spécialisée
  • Disquerie petits labels et autoproduction
  • T-shirts
  • Objets
  • And other rockin’ stuff

En bref un lieu dédié à la promotion du DIY, de la création indépendante, un espace de rencontre et découverte entre artistes et public.

et réciproquement …

Continuer la lecture de « Le Lavo//Matik : la rue de l’art de rue »

La Mona Lisa du 13ème

Au mois de juin de l’année dernière (2017), une nouvelle femme est apparue le long de l’avenue d’Ivry : c’est l’artiste Okuda qui a réalisé une fresque magistrale de 50 mètres de haut, figurant son interprétation de La Joconde.

La chose était annoncée depuis plusieurs jours dans les journaux et blogs, accompagnée d’un montage photo destiné à présenter ce que serait la nouvelle oeuvre.

Okuda, artiste de nationalité espagnole, 36 ans, qui s’est illustré en peignant sur des trains et dans les usines abandonnées de sa ville natale Santander, s’attaque cette fois-ci à Paris.

Mais la réalité a largement dépassé les prévisions, la preuve en images …

Merci à iZa pour les cinq premières photos.

Genèse d’une fresque.

Après un beau ravalement du pignon de l’immeuble Sienne, les premiers tracés et coups de pinceau

Continuer la lecture de « La Mona Lisa du 13ème »

Rome éternelle

Lors de ma dernière visite au Louvre, j’ai regardé de plus près les peintures de Giovanni Paolo Panini (ou Pannini). C’est un artiste baroque italien du 18ème siècle, qui a peint beaucoup de vues réelles ou imaginaires de Rome et de ruines antiques.

J’ai notamment photographié son tableau Le Cardinal Melchior de Polignac visitant Saint-Pierre de Rome dont le cartel précise qu’il a été commandé à Pannini par le cardinal de Polignac, ambassadeur de France auprès du Saint-Siège (1724 – 1732), à l’occasion de la naissance du Dauphin, fils de Louis XV, en 1729.

Giovanni Paolo Panini – Le cardinal Melchior de Polignac visitant Saint-Pierre de Rome – 1730

J’adore faire des comparaisons avant/après et, comme nous avons visité Saint-Pierre de Rome il y a quelques mois, j’ai fait le rapprochement. Les angles de prise de vue ne correspondent pas exactement mais on peut cependant constater qu’en près de trois siècles, le décor n’a pas beaucoup évolué. La preuve en images.

Continuer la lecture de « Rome éternelle »

L’Autre et l’Ailleurs dans les peintures des lointains

Le musée du quai Branly propose actuellement une exposition très intéressante sur les Peintures des lointains, qui met en lumière les peintures conservées par le musée et rarement montrées. Cet intitulé, Peintures des lointains, est joliment complété dans la brochure de présentation qui explique que cette collection raconte l’histoire de la rencontre de l’Autre et de l’Ailleurs tout autant que l’évolution du regard artistique face à l’inconnu.

Marie Caire Tonoir – Tête de femme de Biskra – 1899-1900

La preuve en images.

Continuer la lecture de « L’Autre et l’Ailleurs dans les peintures des lointains »

Prague aux cent clochers

Petite virée hivernale de quatre jours en Europe centrale, plus précisément à Prague, la capitale tchèque surnommée la ville aux cent clochers, mais aussi la mère de toutes les villes ou bien la ville d’or …

Dans la rue Karlova, le décor du Caffè Per Lei

Continuer la lecture de « Prague aux cent clochers »

Mille et une orchidées

Pendant le mois de février, dans les grandes serres du Jardin des Plantes, sont exposées Mille et une orchidées à l’occasion de ce qui est le rendez-vous incontournable des orchidophiles parisiens (!). Cette exposition organisée par le Muséum, la Ville de Paris et plusieurs associations et producteurs est un régal pour les yeux.

1001 orchidées – grandes serres

La preuve en images.

Continuer la lecture de « Mille et une orchidées »

Ciels de Bretagne en janvier

Bon, d’accord, j’ai déjà publié un article de ce style il y a quatre ans mais je ne me lasse pas d’admirer les nuages lorsqu’ils prennent des reliefs imposants sculptés par le soleil.

Lors de ma dernière virée en Bretagne au mois de janvier, le temps (vent et ciel de traîne) a été propice à quelques photos intéressantes.

Plus de photos de ma virée : Bretagne en janvier 2018

et puis celles de novembre dernier aussi : Bretagne en novembre 2017

Bonne année à tous !

2018, l’année des lunes bleues

Je reçois chaque mois la lettre d’informations de l’IMCCE, institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides que j’ai déjà eu l’occasion de citer à plusieurs reprises. Cet institut dépend de l’Observatoire de Paris et publie régulièrement toutes une série d’informations astronomiques (les éphémérides), sous l’égide du Bureau des Longitudes.

Pour 2018, l’IMCCE nous informe que c’est une « année à lunes bleues ». J’ignorais tout du sujet, mais j’en sais maintenant beaucoup plus :  Continuer la lecture de « 2018, l’année des lunes bleues »

Une belle illusion

Voici une illusion d’optique qui me laisse toujours incrédule malgré de multiples vérifications.

Il s’agit de celle de « l’échiquier d’Adelson » : elle est fort simple à décrire. Regardez l’image suivante.

L’illusion ? Les cases A et B ont la même teinte grise. Vous le croyez ?

Continuer la lecture de « Une belle illusion »

Le copiste distrait

Il est bien distrait, ce copiste au Louvre : il a tout oublié chez lui, son matériel et même sa tête (sa mère le lui disait tout le temps …).

Mais ce n’est pas grave, le Louvre a envoyé la toile dans les Émirats, il n’y a plus rien à copier.

Avant ce nouveau concept d’accrochage – le cartel en place nous invite à admirer le cadre … vide – il y avait un Pierre Paul Rubens, Thomyris, reine des Scythes, fait plonger la tête de Cyrus dans un vase rempli de sang. La preuve en image.

© Musée du Louvre/A. Dequier

Mais ça, c’était avant …