Il pleuvait sur Brest ces jours-là, Beatriz

Petit séjour de quatre jours en Bretagne alors que souffle la tempête Beatriz qui nous apporte de violentes rafales de vent et des trombes d’eau. D’où le titre de cet article à nouveau profondément inspiré. Mais à la place de Barbara, vous avez noté que j’invoque une Beatriz : depuis l’année dernière, les instituts météorologiques européens baptisent leurs tempêtes, comme les américains avec leurs ouragans. Donc, Beatriz est celle qui m’a accompagné durant mon périple et mes pérégrinations léonardes.

Les galets de Sainte-Marguerite

Continuer la lecture de « Il pleuvait sur Brest ces jours-là, Beatriz »

Dans la famille Nadar …

… je voudrais le père, le frère et le fils.

À la BnF, site Tolbiac, se déroule actuellement une exposition sur la famille  Nadar. Jusqu’à présent, je connaissais surtout Félix Tournachon, dit Nadar, le père. L’intérêt de cette exposition est de nous faire découvrir, en outre, le frère Adrien et le fils Paul qui furent aussi des photographes talentueux. On n’oublie pas non plus de saluer l’épouse Ernestine qui a été la cheville ouvrière de l’entreprise Nadar.

expo Les Nadar – une légende photographique

Continuer la lecture de « Dans la famille Nadar … »

Venise éblouit le Grand Palais !

Le Grand Palais célèbre le dix-huitième siècle à Venise. C’est le dernier siècle de gloire de la Sérénissime qui avait déjà perdu de sa superbe, elle n’était plus la puissance commerciale, donc politique, qu’elle était depuis le Moyen Âge.  En outre, Bonaparte (et après lui Napoléon) mettra un terme à huit siècles d’indépendance, avec toute la délicatesse qu’on lui (leur) connaît.

Mais c’était encore une ville élégante et raffinée, éblouissante quoi ! qui avait une grande influence sur les arts en Europe, donc dans le monde, et c’est ce dernier âge d’or que le Grand Palais veut nous montrer.

expo Éblouissante Venise – Sebastiano Ricci – Tête de vieillard barbu – vers 1724-1734

Continuer la lecture de « Venise éblouit le Grand Palais ! »

Collections privées au musée Marmottan

Les collections du musée Marmottan Monet sont toutes issues de legs et de dons, provenant de « généreux donateurs » comme on dit, depuis Paul Marmottan, l’initiateur, jusqu’aux descendants de Claude Monet ou de Berthe Morisot. Il se définit lui-même comme le musée des collectionneurs et estime tout naturel de rendre hommage à ces « amateurs » en proposant des expositions mettant en lumière leurs collections privées, comme celle qui se déroule actuellement sous cet intitulé.

Marmottan Monet – expo Collections privées

Continuer la lecture de « Collections privées au musée Marmottan »

La nouvelle vague des estampes japonaises

La Fondation Custodia propose, jusqu’au début de l’année prochaine, une très intéressante exposition sur les Estampes japonaises modernes de la période 1900-1960, aussi intitulée Vagues de renouveau.

Les 220 œuvres présentées, produites par une cinquantaine d’artistes depuis le début du XXème siècle, illustrent la grande variété des styles et des thèmes d’inspiration de cette nouvelle vague, portée par les courants artistiques shin hanga (« nouvelle estampe ») et sōsaku hanga (« estampe créative »).

Fodation Custodia – affiche de l’expo Vagues de renouveau – estampes japonaises modernes 1900-1960 – Ito Shinsui – Miroir à main – 1954

Continuer la lecture de « La nouvelle vague des estampes japonaises »

Alfons Mucha au musée du Luxembourg

Ça fait quelques semaines que je n’ai pas rendu compte de visites de musées ou d’expositions hormis lors de nos pérégrinations en Ontario, au Québec, à Lyon et à Marseille. Mais d’expositions parisiennes, rien depuis Foujita, alors que sur mes tablettes, à ce jour, il y en a au moins huit à raconter.

Commençons par la plus récente, celle sur Alfons Mucha au musée du Luxembourg.

Exposition Mucha au musée du Luxembourg

Continuer la lecture de « Alfons Mucha au musée du Luxembourg »

BepiColombo a commencé son voyage de sept ans vers Mercure

Ariane 5 a lancé avec succès hier soir depuis Kourou la sonde BepiColombo, dans le cadre d’une mission d’exploration de la planète Mercure développée par l’Agence spatiale européenne (ESA) conjointement avec l’Agence d’exploration aérospatiale japonaise (JAXA).

Les deux orbiteurs qui composent la mission doivent se placer en décembre 2025 en orbite autour de Mercure, qui reste une planète peu connue, alors que sa proximité du Soleil en fait un objectif scientifique important pour comprendre la genèse du système solaire.

Vue d’artiste de BepiColombo en approche de Mercure. © ESA/ATG MEDIALAB/NASA/JPL.

L’envoi d’une mission vers Mercure présente des difficultés techniques majeures : fortes contraintes thermiques dues à la proximité du soleil, et très grande différence entre la vitesse d’arrivée (lente) et la vitesse de satellisation (qui est très élevée, sous peine de tomber toute rôtie dans le soleil).

Pour parvenir jusqu’à Mercure, BepiColombo a recours à neuf reprises à l’assistance gravitationnelle des trois planètes intérieures, la Terre, Vénus puis Mercure elle-même, pour lui permettre de prendre progressivement de la vitesse. Le principe de ce voyage exceptionnel a été décrit il y a plusieurs décennies par le mathématicien et astronome italien Giuseppe « Bepi » Colombo, qui a donné son nom à la mission.

La vidéo ci-dessous de l’ESA résume bien ce périple.

Source :  Le Monde – BepiColombo a commencé son voyage de sept ans vers Mercure

Ça, c’est de l’infographie !

Les infographies longues comme le bras sont très à la mode sur le web. Elles sont sensées améliorer l’expérience de lecture des internautes en agrémentant le texte avec de nombreuses illustrations.

Infographie de Que Choisir ? sur les lave-vaisselle

L’exemple ci-dessus peut être consulté sur le site de Que Choisir.

Nos web designers sont très fiers de leurs productions, mais cela fait bien longtemps que ce concept existe. Déjà au 15ème siècle …

Continuer la lecture de « Ça, c’est de l’infographie ! »

Mission Hayabusa2 : MASCOT se pose sur l’astéroïde Ryugu, un exploit !

La sonde spatiale japonaise Hayabusa2 a quitté la Terre le 3 décembre 2014. Elle est arrivée à proximité de l’astéroïde Ryugu le 27 juin dernier et emportait à son bord l’atterrisseur franco-allemand MASCOT. Ce dernier a atterri sur Ryugu aujourd’hui 3 octobre. Il doit effectuer environ 12h de mesures scientifiques. La mission Hayabusa2 se poursuivra ensuite à proximité de Ryugu jusque fin 2019 dans le but de retourner sur Terre fin 2020 avec des échantillons de sol extraterrestre à son bord.

Sources :

Hayabusa2/Mascot | [Evénement] MASCOT se pose sur l’astéroïde Ryugu

Hayabusa2/Mascot | Un atterrisseur pour analyser le sol d’un astéroïde

Photographie du sol de l’astéroïde Ryugu réalisée le 3 octobre 2018 pendant l’atterrissage de MASCOT à plus de 300 millions de km de la Terre. Remarquez l’ombre de l’atterrisseur en haut à droite … Crédits : CNES/DLR/JAXA.