Délire de cartographe ?

Les frontières, ce sont des lignes imaginées par les hommes pour séparer des territoires. Parfois, l’imagination des traceurs de frontière semble avoir été débridée, comme dans cet exemple sur  lequel je suis tombé presque par hasard en lisant un polar nordique.

Le tracé de la frontière sur l’île de Märket – OpenStreetMap

Alors, délire de cartographes un peu imbibés le soir autour du bivouac ?

Le polar, c’est La femme de l’ombre d’Arnaldur Indriðason qui se déroule lors de la seconde guerre mondiale entre Finlande et Islande. La première phrase du chapitre 6 m’a interpelé :

Debout sur la jetée de cette ville finlandaise isolée et glaciale baignée par l’océan Arctique …

À ma connaissance, la Finlande ne jouxte pas cet océan, seules la Norvège et la Russie ont cette chance, dans la région du Cap Nord. Je me suis donc renseigné sur les tribulations des frontières de la Finlande au cours de l’histoire et, effectivement, à l’issue de la seconde guerre mondiale, ce pays a du céder la région de Petsamo (ou Petchenga) à son puissant voisin soviétique, ce qui l’a privé d’un accès maritime vers le nord. Mais en 1940, cette ville était bien finlandaise. Ouf !

En poursuivant ma lecture sur les frontières finlandaises, sont apparues deux autres particularités, plus au sud, l’une dans le golfe de Finlande, l’autre dans le golfe de Botnie. En ces deux endroits, les frontières entre la Finlande et ses voisins, respectivement la Russie et la Suède, passent sur deux petites îles : ce sont les deux plus petites îles divisées par une frontière internationale. Vous connaissiez Bornéo, la Nouvelle-Guinée, l’Irlande. Maintenant vous connaissez Koiluoto (moins de 30 hectares) et Märket (33 hectares) !

Justement, la carte affichée plus haut est la carte de l’île de Märket qui est partagée entre la Finlande (à l’est) et la Suède (à l’ouest). On aurait pu croire qu’il suffisait de tracer une ligne droite pour effectuer ce partage de l’île en deux parties à peu près égale. En 1809, c’était le deal entre la Suède et la Russie … En effet, la Finlande indépendante n’existait pas encore et la Russie venait de prendre tout le futur territoire finlandais à la Suède voisine suite à la guerre de Finlande.

À cette époque, la frontière, qui passait pile poil sur l’île, était toute droite. Märket signifie « marque » parce que le principal attrait de ce territoire était  d’être un point sur une ligne !

En 1985, les cartographes sont entrés en jeu. Ils se sont rendus compte que le phare qui avait été construit par la Finlande (sous tutelle russe) en 1885 se trouvait dans la partie suédoise (vers l’ouest de l’île). Il paraît que ce sont les observations satellitaires qui ont abouti à cette observation frappée au coin du bon sens. À moi, il me semble qu’au moment où le phare a été construit, les initiateurs du projets ont bien du se rendre compte qu’ils étaient un peu à l’ouest !!

Image satellitaires de Märket – © Landmäteriet/Metria

Pas question de céder le phare à la Suède, pas question de modifier les frontières maritimes, ne serait-ce que de quelques mètres, car ce sont tous les droits de pêche qui devraient être modifiés. Alors, les cartographes ont élaboré un projet d’échange territorial permettant d’inclure le phare et ses annexes dans une excroissance finlandaise vers l’ouest tout en redonnant la surface équivalente à la Suède vers l’est.

Maintenant, l’île internationale de Märket ressemble à ceci.

Vue aérienne de l’île de Märket – © Hanu Vallas

Les mouettes, elles s’en battent les ailes de cette frontière !

Autre précision : c’est OpenStreetMap qui donne la représentation la plus fidèle de l’île et de son partage. On peut même y voir qu’elle sert aussi de support à la limite administrative entre les comtés d’Uppsala et de Stockholm. Les autres sites, Google, Bing et autres Plans d’Apple sont bien plus évasifs.