IMX_3641

Anonyme – Judith et Holopherne – 17ème siècle – Dans l’Ancien Testament de la Bible, Judith, une jeune et pieuse veuve lulve, sauve la cité de Béthulie, assiégée par Holopherne, en séduisant celui-ci, puis en le décapitant dans son sommeil. Soucieux de peindre avec élégance ce sujet sanglant, l’artiste montre Judith après la décapitation. La jeune héroïne au visage angélique, blonde ici comme chez Le Caravage, met la tête du général dans le sac tendu par sa servante et s’apprête à fuir. L’influence de Gentileschi se ressent dans le coloris des tissus, le grand rideau rouge et la grâce de Judith.
Plusieurs noms d’artistes florentins pour la grâce de Judith ou encore flamands pour le traitement des matières et du visage de la servante ont été avancés comme possibles auteurs de cette toile. Peut-être faut-il envisager un peintre français qui aurait su mêler ces différenles influences ?